Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Un détenu agresse le directeur de la prison de Fontenay-le-Comte

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Loire Océan, France Bleu

Le directeur de la prison de Fontenay-le-Comte, en Vendée, a été agressé par un détenu lundi matin selon des informations confirmées par le parquet de La Roche-sur-Yon.

Un détenu agresse le directeur de la prison de Fontenay-le-Comte - Illustration
Un détenu agresse le directeur de la prison de Fontenay-le-Comte - Illustration © Maxppp -

Fontenay-le-Comte, France

Un détenu s'en est pris lundi matin au directeur de la maison d'arrêt de Fontenay-le-Comte en Vendée. L'information a été confirmée par le procureur de La Roche-sur-Yon qui vient d'ouvrir une enquête pour "violence sur personne dépositaire de l'autorité publique". Le détenu était placé au quartier disciplinaire, il a demandé à voir le directeur, trois agents l'ont donc accompagné vers le bureau d'audience. Sur le chemin, le détenu croise le directeur et tente de lui donner un coup de poing au visage. Le chef d'établissement, aidé par les autres agents, a alors plaqué au sol son agresseur en lui faisant une clé de bras.

Condamné pour des faits de violence

Le directeur de la prison a été légèrement blessé au bras et au visage Le détenu a été replacé en cellule disciplinaire. Cet homme a été condamné à plusieurs peines pour violence aggravée, violence en réunion, rébellion et port d'arme blanche sans motif légitime. Selon le syndicat Force ouvrière, le détenu "présente depuis quelques semaines des signes de radicalisation".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu