Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : un détenu testé positif au centre pénitentiaire d'Avignon-Le Pontet

-
Par , France Bleu Vaucluse

C'est le sixième cas positif avéré dans les établissements de la région PACA depuis le début de la crise sanitaire précise la Direction Interrégionale des Services Pénitentiaires. Sur place, des mesures particulières ont été immédiatement prises et le détenu transféré en soins sur Marseille.

Le centre pénitentiaire d'Avignon-Le Pontet
Le centre pénitentiaire d'Avignon-Le Pontet - Manuel Pascual

Le détenu en question testé positif vendredi dernier a été transféré à  l'Unité Hospitalière Sécurisée Interrégionale à Marseille. il a rejoint là l'autre cas identifié  plus tôt au Centre pénitentiaire de Toulon-La Farlède. Ce dernier désormais guéri devrait rejoindre son établissement d'origine ce mercredi.

Au total, en région, six détenus parmi les cas de suspicion auront été dépistés positifs depuis la mi-mars. Cinq ont réintégré leurs prisons sans plus de symptômes  en comptant le cas toulonnais. 

Très vite les syndicats de surveillants avaient réclamé des mesures de protection et depuis dix jours tous sans exception portent masques et gants avec gel hydroalcoolique à portée de main. Seulement, il ne s'agit là que de masques chirurgicaux et non FPP2 souligne le syndicat UFA-Unsa Justice.

Comme au centre d'Avignon-Le Pontet, les cas de suspicion sont confinés dans des cellules à part et effectuent seul la promenade. Pour les autres sauf exception dans certains établissements pas plus de cinquante par promenade et donc un nombre chaque jour de sorties  augmenté en conséquence. 

Ici au Pontet, six détenus s'étaient plaints de symptômes fiévreux et de maux de gorge mais pour cinq d'entre eux le dépistage s'est révélé négatif. ils ont toutefois été isolés par précaution. Le cas avéré dépisté le 3 avril et depuis transféré a nécessité de fermer un temps le rez-de-chaussée de l'aile où se trouvait sa cellule.

Après contrôle et avis du service médical du centre pénitentiaire ce secteur a rouvert non sans un nettoyage complet. D'ailleurs ici comme dans les autres établissements un nettoyage plus conséquent des parties communes de la prison est désormais observé.

Des libérations anticipées depuis le 16 mars et des effectifs qui n'ont jamais été aussi bas 

L'administration a réduit drastiquement les entrées et les libérations anticipées se sont enchaînées, ainsi pour le centre vauclusien l'effectif est passé de 832 à 708 ce mardi. D'autres devraient suivre. Le centre pénitentiaire pontétien étant conçu pour 650 places. Tout cela n’atténue pas les tensions, très fortes au moment de la suppression des parloirs, tempérées depuis par des mesures comme le crédit téléphonique alloué pour chaque détenu par le ministère de la justice pour communiquer avec leurs proches, la télévision gratuite ou des aides pour les plus démunis.

Le syndicat UFAP-Unsa Justice Paca-Corse souligne que ce sont ces libérations qui ont surtout détendu l'ambiance à Avignon par exemple ainsi que le maintien des promenades.

Mais des mesures gouvernementales pour désengorger les prisons afin d'y limiter le risque d'une propagation de l'épidémie de Covid-19 qui ne seraient  "pas à la hauteur" de la crise déplore en ce début de semaine la contrôleuse des prisons. Faisant allusion à une surpopulation toujours fragrante malgré les libérations anticipées Adeline Hazan estime qu'il faut aujourd'hui au moins libérer 13.000 détenus, "voire 15.000 ou 16.000" (6.266 prisonniers ont été libérés dans les prisons françaises depuis le 16 mars).

En précisant : "C'est ainsi qu'on pourra atteindre l'objectif d'encellulement individuel qui, je le rappelle, est imposé par la loi depuis 1875 et qu'on reporte de moratoire en moratoire, le dernier allant jusqu'à 2022." Elle réclame également après trois semaines sans parloir, la totale gratuité des téléphones au lieu du forfait de 40 euros mensuel alloué par le ministère.

Le dernier bilan donné en ce début de mois d'avril par  la Direction de l'Administration Pénitentiaire fait état dans les prisons françaises de 48 détenus testés positifs au coronavirus et 925 actuellement en confinement sanitaire. Plus de 300 ont terminé leur quatorzaine. Parmi les 42.000 agents pénitentiaires, 114 sont positifs et 931 sont en quatorzaine à domicile. Et près de 400 sont arrivés à la fin de leur quatorzaine.
 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess