Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Un deuxième cas de coronavirus en une semaine à la prison d'Aiton en Savoie

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

L'administration pénitentiaire confirme qu'un deuxième détenu d'Aiton (73) est malade du coronavirus.

Le centre pénitentiaire d'Aiton
Le centre pénitentiaire d'Aiton © Maxppp - maxppp

n détenu de 25 ans a été testé positif ce samedi matin au coronavirus en Savoie. Il était détenu en maison d'arrêt d'Aiton. "Dès qu'il a présenté des signes de la maladie, il a été testé " précise l'administration pénitentiaire. Il est désormais placé en confinement, tout comme son co-détenu qui lui ne présentait aucun symptôme apparent, indique-t'on à la direction interrégionale de l'administration pénitentiaire.

Deux cas en une semaine

C'est le deuxième cas de prisonnier malade à Aiton, près d'Albertville. Le premier cas - un homme de 33 ans - a été dépisté mardi. Il était lui prisonnier au centre de détention. Les deux quartiers de l'unité - maison d'arrêt et centre de détention - sont donc touchés par le virus. Mais chaque quartier est composé d'ailes indépendantes qui permettraient d'empêcher la propagation du virus, si l'on en croit l'administration. La direction de l'administration pénitentiaire annonce aussi la présence d'un troisième cas en Auvergne-Rhône-Alpes. Il s'agit d'un détenu à Bourg-en-Bresse.

Les mesures sanitaires en milieu carcéral

Chez le personnel, on craint la contagion à grande échelle. Le syndicat pénitentiaire UFAP fait d'ors et déjà savoir qu'il "redoute une explosion du nombre de malades en prison, d'autant que les promenades en groupe se poursuivent." L'administration rétorque que ces sorties dans les cours sont fractionnées, par petits groupes. Compte tenu du fait de l'annulation des parloirs pour cause de virus, on peut aussi imaginer le surcroit de tension en cas de suppression des promenades. L'UFAP réclame des promenades - si elles sont maintenues - avec plus de surveillants que de détenus. Parmi les mesures prises à Aiton, le personnel de surveillance dispose de masques et de gants. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu