Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un dispositif de lutte contre le harcèlement dans les bars et les boîtes de nuit à Laval, une première en France

lundi 26 novembre 2018 à 19:21 Par Emmanuel Grabey, France Bleu Mayenne et France Bleu

Laval est la première ville de France à lancer un dispositif de lutte contre le harcèlement dans les bars, les boîtes de nuit et certains commerces. Tous les établissements volontaires vont afficher un logo sur leur devanture pour rassurer les clients.

Ce logo ornera bientôt l'entrée de la plupart des bars et des boîtes de nuit de Laval
Ce logo ornera bientôt l'entrée de la plupart des bars et des boîtes de nuit de Laval © Radio France - Emmanuel Grabey

Laval, France

Vous les verrez bientôt fleurir à l'entrée des bars, des boîtes de nuit et de certains commerces de Laval : des affiches et des autocollants "STOP HARCÈLEMENT". Cela veut dire que les employés et le propriétaire de l'établissement sont sensibilisés à la lutte contre le harcèlement envers les femmes ou les hommes, et peuvent vous protéger. 

Une simple affiche de prévention peut avoir un effet dissuasif

Quand vous vous sentez menacé.e, ou que vous êtes importuné.e, vous allez voir un responsable, qui s'engage à vous porter assistance. Ce dispositif existe déjà à Rouen, mais c'est une association d'étudiantes qui l'a mis en place. C'est courant aussi au Québec, et à chaque fois, le constat est le même : une simple affiche dissuade les potentiels harceleurs, et rassure celles et ceux qui pourraient être victimes. 

Si jamais cette simple communication ne suffisait pas, le dispositif prévoit qu'une fois prévenu par la victime, le barman ou le commerçant s'engage, en premier lieu à la mettre à l'abri et à dissuader la personne qui l'ennuie. Si la situation persiste, il prévient ses proches ou appelle un taxi pour lui permettre de rentrer en sécurité. Et dans le pire des cas, il appelle la police.

Les cafetiers et les patrons de discothèque volontaires pour ce dispositif

"Avant d'en arriver à ces extrémités, on a constaté que la simple communication avait un effet dissuasif", explique Charlène Legros, chargée de mission égalité femme homme à la mairie de Laval, en charge de la mise en place de ce dispositif. _"_Cela montre aux personnes qui sont en danger que l'on veille sur elles, et que les commerçants sont bienveillants avec elles. Cela montre aussi aux agresseurs qu'on est vigilant et que ce qu'ils font n'est vraiment pas bien. Il n'est pas normal qu'une femme ou un homme sorte avec des amis et se fasse importuner, que ce soit de la drague lourde ou des gestes déplacés. C'est vraiment important que des dispositifs existent pour dénoncer ces actes-là". Selon la mairie, entre 75 et 100% des étudiantes de Laval, selon les écoles, ont déjà été importunées.

Le dispositif n'a aucun caractère obligatoire, les commerçants y adhéreront sur la base du volontariat. Associée au projet, l'UMIH de la Mayenne, l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie, s'y est dite favorable, d'autant que pour le responsable de la section cafetiers, Gilles Poulain, affirme que cela se fait déjà. "On n'a pas besoin de ce dispositif pour préserver la tranquillité de notre clientèle ! Professionnellement, on doit avoir l’œil partout, nos salariés sont d'ailleurs déjà formés sur ce point-là. Mais c'est un plus ! Et ça permettra certainement aux clients de se sentir un peu plus en sécurité".