Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un double meurtre jugé aux Assises de Seine-Maritime cette semaine

dimanche 31 mars 2019 à 12:22 Par Antoine Sabbagh, France Bleu Normandie (Seine-Maritime - Eure) et France Bleu

Elise Fauvel, 24 ans et Julien Tesquet, 31 ans, ont été tués en décembre 2015. Les deux jeunes gens ont été étranglés au domicile de la jeune femme à Rouen. L'accusé, qui comparaîtra, est un homme d'une trentaine d'années dont la nationalité et l'âge exacts n'ont jamais été clairement établis.

L'accusé, Jean-Claude Nsengumukiza, va être jugé toute la semaine devant les Assises de Seine-Maritime
L'accusé, Jean-Claude Nsengumukiza, va être jugé toute la semaine devant les Assises de Seine-Maritime - Illustration

Rouen, France

Les deux jeunes victimes n'auraient jamais dû croiser le chemin de cet homme, se disant tantôt Rwandais, tantôt Ougandais, condamné en 2011 pour viol en France. Il aurait dû être envoyé au Rwanda dès la fin de sa peine, mais en novembre 2015, le Rwanda n'a toujours pas répondu aux autorités françaises quand Jean-Claude Nsengumukiza sort de prison. Et un mois plus tard, à Rouen, il croise par hasard le chemin d'Elise Fauvel, 24 ans et de Julien Tesquet, 31 ans.

Les victimes ont été étranglées

Ce soir-là, le jeune homme a trop bu et l'accusé propose de les raccompagner jusqu'au domicile d'Elise, place de la Pucelle. Le lendemain, un ami des deux jeunes gens les retrouvent morts dans l'appartement : Elise et Julien ont été étranglés et la jeune femme a été violée. Le meurtrier présumé est interpellé quatre jours plus tard par la police, lors d'un banal contrôle d'identité.

Un accusé confondu par son ADN

L'homme a toujours nié mais son ADN, la vidéosurveillance et la géolocalisation de son portable ont permis de le confondre. La question de l'altération de son discernement sera au coeur des débats, car il affirme avoir été "possédé par le diable". L'accusé encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

La question de la responsabilité de l'Etat

La question de la responsabilité de l'Etat, fera l'objet d'une autre procédure, pour faute lourde. L'accusé aurait dû être expulsé dès sa sortie de prison ; un rapport de l'inspection générale des services a d'ailleurs pointé des dysfonctionnement dans les services de la préfecture de Seine-Maritime.