Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un Drômois mis en examen pour avoir dégradé trois radars autour de Montélimar

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Cet homme de 38 ans est suspecté d'avoir brûlé le radar de la Coucourde et dégradé les radars de Savasse et de Montélimar dans la nuit du 14 au 15 janvier 2019. Il a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire en fin de semaine dernière.

Depuis fin 2019, ce sont les radars tourelles qui sont visés comme ici à Etoile-sur-Rhône
Depuis fin 2019, ce sont les radars tourelles qui sont visés comme ici à Etoile-sur-Rhône © Radio France - Jean-Louis Farschon

Les gendarmes auront mis plus d'un an pour aboutir mais ils ont identifié l'auteur présumé d'une série de dégradations sur des radars commise dans la nuit du 14 au 15 janvier 2019. Le mouvement des gilets jaunes est alors très actif. Cette nuit-là, le radar de la Coucourde est incendié par un cocktail molotov et ceux de Savasse et Montélimar sont dégradés. 

Le suspect a été interpellé jeudi 6 février. Il s'agit d'un homme de 38 ans qui habite le secteur, à la Bégude-de-Mazenc. Il a été mis en examen et placé sous contrôle judiciaire par le juge d'instruction en charge de l'affaire. 

Cette arrestation sonne comme un avertissement dans le contexte actuel où les radars tourelles sont dégradés au fur et à mesure de leur installation. Pour la Drôme, c'est déjà le cas à Etoile-sur-Rhône, à Crest ou encore à la Coucourde. Pour ce type de destruction de matériel appartenant à l'état, la peine peut -théoriquement- aller jusqu'à 10 ans d'emprisonnement et 150.000 euros d'amende. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess