Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un Drômois retrouvé mort sur la via ferrata de la Bastille à Grenoble

mercredi 8 novembre 2017 à 16:24 Par Alexandre Berthaud, France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu Isère et France Bleu

Un homme de 55 ans originaire de la Drôme a été retrouvé mort ce mercredi, suspendu au bout de ses longes, dans la via ferrata de la Bastille à Grenoble. L'unité de montagne de la police nationale, chargée de l'enquête, s'oriente vers la thèse de l'accident personnel.

La via ferrata de la Bastille, l'année de son ouverture, en 1999.
La via ferrata de la Bastille, l'année de son ouverture, en 1999. © Maxppp -

Grenoble, France

La découverte fait froid dans le dos. Ce mercredi matin, une monitrice d'escalade et son groupe d'élève s'apprêtaient à grimper la via ferrata de la Bastille à Grenoble, quand ils ont découvert un homme mort, pendu au bout de ses longes, environ quinze mètres au-dessus du sol. Il s'agit d'un homme de 55 ans originaire de la Drôme. Les pompiers et l'unité de montagne de la police ont décroché le corps, les policiers mènent l'enquête.

Accident personnel plutôt que matériel défectueux

Selon les premières constatations, l'homme grimpait seul, il était équipé de manière conforme, dans une via ferrata qui, selon les enquêteurs, "est tout à fait faisable en solo si on est bien équipés". Les policiers ont également vérifié l'état de la voie, elle expertisée à nouveau par la maintenance de la ville de Grenoble, mais à première vue aucun élément défectueux n'est à signaler.

L'enquête s'oriente donc vers la thèse de l'accident individuel. Impossible de savoir si l'homme a d'abord fait une crise cardiaque avant de tomber, ou bien si c'est une chute consécutive à une erreur technique (glissade par exemple) qui a entraîné son décès. La CRS Alpes, l'unité de police spécialisée en montagne, est chargée de l'enquête. Elle se concentrent pour le moment sur la recherche d'éventuels témoins qui auraient croisé le cinquantenaire avant sa chute fatale.