Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Un Drômois se filme roulant à 276 km/h sur la Nationale 7 : un an de prison avec sursis requis au tribunal

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche, France Bleu

Un Drômois de 25 ans comparaissait ce mercredi devant le tribunal correctionnel de Valence (Drôme) pour cinq énormes excès de vitesse en un peu plus d'un an.

Le Tribunal de Valence, photo d'illustration
Le Tribunal de Valence, photo d'illustration © Radio France - Mélanie Tournadre

Valence, France

L'homme filmait ses exploits avec son téléphone portable et postait ses vidéos sur les réseaux sociaux. C'est ainsi qu'il a été repéré roulant à 276 km/h sur la Nationale 7 à Châteauneuf-du-Rhône le 21 septembre 2019. 

Il est interpellé et les enquêteurs retrouvent dans son téléphone portable d'autres vidéos d'excès de vitesse : 146 km/h dans une zone artisanale de Montélimar le 12 juin ; 294 km/h sur l'autoroute A7 à Malataverne le 15 février ; 234 km/h sur l'autoroute A7 à Saulce-sur-Rhône le 16 novembre 2018 ; 255 km/h sur l'A7 à Orange le 13 mai 2018.

"Je me sens mal, très mal"

L'homme de 25 ans, technicien chez Mercedes, est un passionné de voitures, habitué des circuits. Il n'a pas l'attitude d'un gros bras vantard devant le tribunal. Il répond brièvement, timidement, aux questions.

"Vous imaginez quand vous roulez à 276 km/h si un enfant sort d'une maison du bord de la Nationale récupérer un ballon ? Vous imaginez les conséquences ?" demande l'une des magistrats. "Dramatiques" murmure le prévenu. "Quelle est la distance de freinage ?" demande-t-elle encore. "730 mètres" répond-il. 

"Je me sens mal, très mal, je suis déçu de mon comportement, je suis là pour assumer mes faits, la garde à vue a été un électrochoc" explique l'automobiliste.  

Son avocat argumente qu'il était en souffrance à cause du divorce conflictuel de ses parents, de sa mère qui se retrouve démunie : "Les pointes de vitesse, c'est une soupape de décompression, un exutoire à la frustration" souligne Me Guillaume Fort.  

Décision rendue le 15 janvier

Le tribunal peine à entendre ces arguments. Il diffuse les vidéos des excès de vitesse : "Vous étiez un assassin en puissance" résume le président. "Vous étiez conscient de la dangerosité de votre comportement" souligne l'autre présidente du tribunal, "sur les réseaux sociaux, sur une vidéo, vous mettez un smiley "diable" et le commentaire "le diable est de sortie". Des amis vous disent d'arrêter. Vous étiez conscient."

Le prévenu n'a pas de casier judiciaire. La procureur requiert un an de prison avec sursis et la saisie définitive de son Audi RS3. La décision sera rendue le 15 janvier prochain.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu