Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Élevage illégal de sangliers en Haute-Loire : la FDSEA veut se porter partie civile

mercredi 19 juillet 2017 à 18:54 - Mis à jour le mardi 25 juillet 2017 à 11:13 Par Émeline Rochedy, France Bleu Saint-Étienne Loire

Un élevage illégal de sangliers a été démantelé début juillet à Bas-en-Basset (Haute-Loire). L'enquête avait débuté il y a plusieurs mois du fait de tensions entre chasseurs et agriculteurs et d'une prolifération qui ne semblait pas naturelle. La FDSEA et la JA réclament une condamnation ferme.

La prolifération des sangliers ne semblait pas naturelle sur le secteur.
La prolifération des sangliers ne semblait pas naturelle sur le secteur. © Maxppp - Stéphane Gaillochon

Bas-en-Basset, France

Tout le matériel de transport et d'alimentation avec un enclos d'une soixantaine d'hectares : "nous avons trouvé un véritable élevage", commente la sous-prefète d'Yssingeaux en Haute-Loire, Christine Hacques, en racontant le contrôle réalisé le 10 juillet.

Déjà une amende en 2011

En fait les services de l'État avaient remarqué une prolifération anormale de sangliers ces derniers mois, beaucoup trop de dégâts dans les champs et des tensions jusqu'à l'agression du président d'une association de grasse par des hommes cagoulés. Le survol d'un hélicoptère avec caméra infrarouge a permis de repérer deux enclos, dont un avec des animaux à Bas-en-Basset. L’œuvre d'un Altiligérien déjà condamné à une amende en 2011 pour la même activité. Il vendait vraisemblablement ces animaux vivants à des chasseurs "qui ont ainsi un loisirs grandement facilité", explique la sous-préfète.

La FDSEA et les JA demandent l'abattage de toutes les bêtes

L'éleveur doit garder les animaux jusqu'à une opération d'abattage à sa charge, sachant qu'une procédure est en cours au niveau judiciaire. Dans un communiqué diffusé mardi, la FDSEA de Haute-Loire a fait savoir qu'elle entendait se porter partie civile dans cette affaire. Le syndicat agricole, ainsi que les Jeunes Agriculteurs de Haute-Loire, réclament une condamnation très ferme des responsables de l'élevage et l'abattage de toutes les bêtes du parc. La FDSEA et les JA rappellent que les dégâts provoqués par ces bêtes s'élèvent à 200 mille euros par an.