Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Des élèves jouent avec des seringues usagées à l'école Thiers à Avignon, inquiétude chez les parents

lundi 20 novembre 2017 à 18:40 Par Benjamin Billot, France Bleu Vaucluse et France Bleu

Le 9 novembre, un élève a amené des seringues à l'école élémentaire Thiers d'Avignon. Il a joué avec ces seringues, en compagnie de plusieurs de ses camarades qui ont été légèrement écorchés. L'école les a envoyés à l'hôpital par précaution pour des analyses.

© Radio France -

Avignon, France

Les parents d'élèves de l'école Thiers ont eu quelques jours d’inquiétude. Ils ont appris que plusieurs enfants avaient été envoyés en urgence à l'hôpital le 9 novembre après avoir été piqués par des seringues. Des seringues usagées emmenées par un élève de CE2 en cour de récréation. En réalité, les enfants n'ont pas été réellement piqués.

L'élève qui a apporté les seringues les a prises chez lui : ce sont des seringues à usage unique, utilisées par sa mère pour un traitement. Une fois utilisées, les aiguilles de ce type de seringue se rétractent. Il n'y avait donc pas d'aiguilles sorties et donc pas vraiment moyen de piquer qui que ce soit. Les enfants ont joué avec, ils ont sans doute fait semblant de se piquer et ont été légèrement écorchés, mais aucune aiguille n'a vraiment pénétré la peau.

Le contenu des seringues a pu inquiéter également, mais il s'agissait tout simplement d'eau, sans doute ajoutée par les élèves pour que leurs jeux soient plus réalistes. Tous les enfants concernés ont été emmenés à l'hôpital par précaution. Ils y ont subi une batterie de tests, dont les résultats seront connus le 23 novembre.