Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un enfant de primaire humilié et frappé par une enseignante

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

Une enseignante débutante a frappé un élève de 8 ans dans la cours de l'école à Chelles. Les autres ont dû intervenir pour s'interposer. La mère a porté plainte et l'inspection académique a mis fin à son contrat.

Une cour d'école (image d'illustration)
Une cour d'école (image d'illustration) © AFP - Martin Bureau

Perte de contrôle ou acte de folie ? Une enseignante de primaire a frappé un enfant de 8 ans hier après-midi dans une école de Chelles (Seine et Marne) alors qu'elle débutait dans le métier. C'était son premier jour de classe.

La scène se déroule dans la cours de l'école, durant une séance de sport. L'institutrice assure un remplacement d'une journée.  Selon les témoignages des élèves, elle attrape ce petit garçon de CE2  par ses vêtements,  lui assène des mots très durs. Elle lui tire l'oreille, les cheveux. lui donne des giffles. Une  photo montre également des traces de coups sur sa nuque. En état de choc, l'enfant ne réagit pas.  Il dira plus tard à sa mère :  « J'ai eu très peur de la maîtresse. Ses yeux allaient sortir de sa tête. » 

Ses camarades interviennent et s'interposent entre eux deux,  pour que l'enseignante cesse de frapper l'enfant. Ils le conduisent aux toilettes pour nettoyer ses blessures.  

Cette remplaçante vacataire aurait emmené les élèves dans leur salle de classe avant de crier :  «À  cause de lui  je ne vais pas dormir ce soir».  Elle aurait perdu ses nerfs car l’enfant avait répondu sans lever la main et l’aurait provoqué toute la journée.

Une professeure titulaire, témoin de la scène depuis sa salle de classe,  aurait pris des photos afin de les transmettre au directeur de l’école qui a prévenu l’inspection académique.  Celle-ci a aussitôt mis fin à son contrat. 

La mère de l'enfant a porté plainte. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess