Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un enfant lourdement handicapé, prison avec sursis pour un directeur et une animatrice de centre de loisirs

-
Par , France Bleu Mayenne

Le directeur et une animatrice du centre de loisirs de Meslay-du-Maine ont été condamnés ce jeudi à trois mois de prison avec sursis pour blessures involontaires. En 2016, un enfant s'était coincé la tête dans une table de ping-pong. Le garçon vit aujourd'hui dans un état végétatif.

Le tribunal correctionnel de Laval
Le tribunal correctionnel de Laval © Radio France - Thierry Ruffat

Meslay-du-Maine, France

Plus de deux ans après les faits, le tribunal correctionnel de Laval condamne ce jeudi le directeur du centre de loisirs de Meslay-du-Maine et une animatrice à trois mois de prison avec sursis. Aucune interdiction d'exercer dans le milieu éducatif n'a en revanche pas été prononcée. 

Faute caractérisée

En septembre 2016, un enfant de 9 ans et demi, s'est retrouvé la tête coincée entre les deux pans d'une table de ping-pong dans un centre de loisirs et d'accueil périscolaire de Meslay-du-Maine. Les voies respiratoires du petit garçon ont été compressées, entraînant des lésions cérébrales irréversibles et d'importantes séquelles neurologiques. L'enfant est aujourd'hui cloué sur un lit, dans un état végétatif semblable à celui de Vincent Lambert.

Le tribunal de Laval reconnaît une "faute caractérisée" de l'animatrice qui n'a pas réagi aux alertes d'une petite fille, qui ce jour-là, lui indiquait qu'un garçon était coincé dans la table de ping-pong. Le directeur est également condamné pour ne pas avoir donné de consigne de sécurité avec le matériel. Sur la table figurait pourtant un autocollant prévenant des éventuels dangers de cette dernière. 

Dans cette affaire, la mairie de Meslay-du-Maine, responsable du centre de loisirs, écope d'une amende de 7.500€ avec sursis