Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un enfant paraplégique après un accident, le chauffard condamné à cinq ans de prison

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

Un Drômois de 22 ans condamné à cinq ans ans de prison pour avoir percuté toute une famille en voiture à Étoile-sur-Rhône, en août 2019. Un petit garçon de six ans est resté paraplégique. Le chauffard, sans permis et en excès de vitesse, allait livrer de la drogue lorsqu'il a provoqué cet accident.

Le Tribunal Judiciaire de Valence (Drôme)
Le Tribunal Judiciaire de Valence (Drôme) © Radio France - Adèle Bossard

Un jeune homme de 22 ans a été condamné à cinq ans de prison, dont un an avec sursis, ce mardi par le tribunal correctionnel de Valence. Il a été maintenu en détention. En 2019, cet habitant de Portes-Lès-Valence (Drôme) avait renversé et blessé un enfant de six ans, et pris la fuite. 

Le 30 août 2019, il roulait sans permis, en excès de vitesse et doublait sur la ligne blanche quand il a percuté la voiture d'une famille qui arrivait en face, sur la déviation de Charmes, à Étoile-sur-Rhône, au sud de Valence.

L'enfer depuis l'accident

Dans la voiture, les deux parents sont lourdement blessés, leur petite fille, un bébé de six semaines a les deux clavicules cassées. Mais c’est leur fils de six ans qui est le plus grièvement touché. Sa moëlle épinière est sectionnée. L'enfant est paraplégique, "handicapé à vie" précise l'avocat de la famille à l'audience. La famille était absente au procès car il y avait une rendez vous médical essentiel pour l'enfant, ce mardi, qui n'a pas pu être décalé. C'est donc leur avocat qui a détaillé l'enfer vécu depuis ce jour là par ce petit garçon de sept ans aujourd'hui et par toute sa famille. 

Le chauffard avait pris la fuite 

Le procureur interpelle le jeune homme dans le box : "ce n'est pas un accident car il y a une part involontaire dans un accident, or vous tout ce que vous avez fait est volontaire !". Conduire sans permis à plus de 130 au lieu de 80 pour aller livrer de la drogue, _"tout ça c'est volontaire,vous avez massacré cette famille !"assure le magistrat. Le chauffard lui, essaye de se justifier en disant qu'il est allé voir les victimes en sortant de sa voiture. "Non !" dit le procureur, "vous vous êtes préoccupé de vos objets compromettants dans votre voiture. Vous avez tenté de récupérer vos deux téléphones, votre balance et vos 31 grammes de résine de cannabis et vous avez fui"._

D'abord à pied puis en voiture, vous avez même proposé 100 euros à une de vos connaissances qui se trouvait par hasard dans le bouchon causé par l'accident, pour qu'il vous emmène loin de là.  

Lettre d'excuse

L'avocate du jeune homme essaye de convaincre : 'il n'a jamais été condamné avant cela, il ne faut pas confondre justice et morale". Elle explique que c'est un détenu modèle, qui veut montrer qu'il peut être quelqu'un de bien. Il a même écrit une lettre pour demander pardon aux parents précise la jeune femme. Ce courrier qui fait réagir le procureur : "vous avez écrit que le pire a été évité, mais le petit lui est condamné à l'immobilité à perpétuité !"

Et le magistrat tend une photo de l'enfant handicapé au chauffard " Je vous ai vu baisser les yeux tout à l'heure quand on a présenté cette photo, mais regardez, regardez cet enfant dans son fauteuil... Avez-vous pris conscience de ce que vous avez fait ??" Le chauffard prend la parole pour assurer que, depuis treize mois, il regrette chaque jour ce qu'il a fait. "Je garde cette vision de l'enfant en sang, ce que j'ai fait n'est pas normal. Je demande pardon".

Le procureur a demandé une peine de six ans de prison. Le tribunal a jugé : cinq ans dont quatre ans ferme, ainsi qu'une obligation de soins et d'indemniser les victimes. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess