Faits divers – Justice

Un enseignant de collège à Marly suspendu pour un échange de mails déplacés avec une élève

France Bleu Lorraine Nord mercredi 1 avril 2015 à 21:24

Le collège La Louvière à Marly
Le collège La Louvière à Marly © Radio France - Cécile Soulé

Un enseignant du collège La Louvière à Marly, en Moselle, a été suspendu et entendu par la justice. Sa garde est vue s'est achevée ce mardi. Il est soupçonné d'avoir envoyé un mail déplacé à une élève de 14 ans, scolarisée en 4e. L'homme âgé de 60 ans sera poursuivi, confirme le procureur de la République, pour corruption de mineurs, vraisemblablement.

Le collège La Louvière à Marly, en Moselle, est au coeur d'une nouvelle affaire embarrassante pour l'Education nationale. Après les révélations sur les agissements pédophiles d'un directeur d'école à Villefontaine, en Isère, puis celles sur la détention d'images pédopornographiques par un professeur de sport en Ille-et-Villaine, un enseignant du collège La Louvière a été suspendu et entendu par la justice lundi. Ce professeur de musique âgé de 60 ans est soupçonné d'avoir envoyé un mail déplacé à une élève de 14 ans, scolarisée en 4e. Des propositions sexuelles auraient été lancées. L'homme sera poursuivi, confirme le procureur de la République de Metz, M. Mercuri, pour corruption de mineurs, vraisemblablement. Il devrait être jugé prochainement devant le tribunal correctionnel. Malgré tout, des investigations se poursuivent sur son ordinateur. L'affaire, révélée par la chaine I-Télé, a éclaté le 2 février. Ce jour-là, 8 parents d'élèves demandent à voir en urgence la principale du collège. Ils expliquent que l'enseignant aurait envoyé un mail déplacé à une élève. Le lendemain, après avoir été entendu par sa hiérarchie, l'enseignant est suspendu. Le surlendemain, une plainte est déposée. L'affaire a vite fait le tour de l'établissement. Devant ces révélations, les élèves sont assez perplexes : "Beaucoup de rumeurs circulent, on l'a déjà eu comme enseignant, on ne pensait pas que ça pourrait arriver", explique cette élève de 3e. C'est la première fois en tout cas que ce professeur de musique est mis en cause , précise Albert Jaeger, adjoint au directeur académique de la Moselle : "Cet enseignant était en poste depuis de nombreuses années, il était respecté de ses collègues et apprécié de ses élèves. Nous avons été choqué de ce que nous avons appris. La mesure conservatoire (la suspension) est autant faite pour protéger la communauté éducative que l'enseignant, qui reste pour l'instant présumé innocent". L'Education nationale précise que si les faits sont avérés, l'enseignant sera révoqué.