Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un EHPAD marseillais condamné à 200.000 euros d'amende après un incendie mortel en 2011

lundi 3 septembre 2018 à 12:48 Par Romane Porcon, France Bleu Provence et France Bleu

Le tribunal correctionnel a condamné ce lundi un EHPAD marseillais à une amende de 200.000 euros après un incendie mortel en 2011 au cours duquel six résidents avaient trouvé la mort.

Photo Illustration
Photo Illustration © Maxppp -

Marseille, France

L'EHPAD marseillais SAS Les Anémones vient d'être condamné par le tribunal correctionnel ce lundi à une amende de 200.000 euros après un incendie mortel en 2011. L'incendie avait causé la mort de six résidentes. 

Manque de personnel et insuffisance du système de désenfumage

C'est un pensionnaire qui avait provoqué l'incendie, en utilisant en pleine nuit un briquet pour couper le ruban d'une boite de chocolats. Aujourd'hui âgé de 81 ans, il a été condamné à 18 mois d'emprisonnement avec sursis. Au départ, 15 mois de prison avec sursis avaient été requis contre ce pensionnaire, atteint de troubles psychiques. Des experts psychiatres avaient reconnu l'altération de son discernement. 

La SAS Les Anémones a été reconnue coupable ce lundi matin d’homicides et blessures involontaires. Dans leur rapport, les experts incendie ont pointé l'insuffisance du système de désenfumage qui, selon eux, avait favorisé l'envahissement rapide de l'étage par les fumées et les gaz. Cette nuit là, les six victimes décédées dormaient avec la porte de leur chambre ouverte. Et seulement quatre salariés étaient de garde pour les 174 chambres, soit 180 pensionnaires. Cet effectif avait été considéré comme "insuffisant" par des experts, mais correct selon l'Agence régionale de santé.