Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un étudiant castelroussin condamné à deux ans de prison avec sursis pour homicide involontaire

vendredi 12 octobre 2018 à 16:15 Par Sarah Tuchscherer, France Bleu Berry

Le jeune homme était jugé pour avoir causé un accident mortel en septembre 2017 boulevard de Cluis à Châteauroux. Il avait fauché un piéton sur le trottoir.

Deux familles en souffrance se sont retrouvées ce vendredi au tribunal correctionnel de Châteauroux
Deux familles en souffrance se sont retrouvées ce vendredi au tribunal correctionnel de Châteauroux © Radio France - Sarah Tuchscherer

Châteauroux, France

L'accident dont il était question ce vendredi matin devant le tribunal correctionnel de Châteauroux remonte à un an presque jour pour jour. Nous sommes le samedi 30 septembre 2017, peu avant 6h. Sous une pluie battante, boulevard de Cluis, une voiture avait alors fauché un piéton sur le trottoir. Au volant, un jeune homme âgé de 22 ans. La victime, elle, était âgée de 49 ans. 

Un taux d'alcoolémie bien au-delà de la limite autorisée

Le conducteur l'a reconnu immédiatement, il était ivre et roulait trop vite au moment de l'impact. Il venait de passer la nuit avec des amis, à sillonner le centre-ville de Châteauroux, allant de bar en bar. Devant le tribunal, il reconnaît avoir bu de la bière, du whisky, de la vodka et des shots. Son taux d'alcoolémie, mesuré après l'accident, atteignait 2,20 g par litre de sang (la limite autorisée pour prendre le volant étant de 0,5 g). En apercevant une silhouette sur le trottoir, le jeune homme a pensé qu'elle allait traverser la route. Il a freiné mais, sous l'effet de l'aquaplanning, sa voiture est devenue incontrôlable. Elle a heurté la victime qui est décédée sur le coup. 

A la barre, le prévenu fond en larmes, disant ne pas pouvoir expliquer pourquoi il est reparti en voiture malgré l'ivresse, lui l'étudiant en commerce, membre du club de rugby de la ville, que ses proches décrivent comme sérieux et qui, selon les témoignages recueillis au cours de l'enquête, n'avait pas l'habitude de boire beaucoup. Avec franchise, il déclare : "je n'ai pas eu le discernement pour évaluer les risques que je prenais". 

Pas de prison ferme

L'ironie tragique de cette histoire, relevée par l'avocate des parties civiles, Me Bayard, c'est que la soirée des deux hommes a débuté de la même manière : en allant faire la fête dans les bars de Châteauroux. La victime, qui exerçait la profession d'éboueur, était, selon l'avocate de sa famille, un fêtard, qui avait pris l'habitude de sortir tous les week-ends : "mais il rentrait toujours à pied, car il savait qu'il y allait pour s'amuser". Ses deux sœurs assistent à l'audience. La mère, presque octogénaire, chez qui il vivait et avec qui il entretenait une relation fusionnelle, trop affectée, n'est pas présente. 

Devant son client, en larmes, l'avocate de la défense, Me Jousse, parle d'une "défaillance totalement isolée", elle raconte qu'il a tenté d'entrer en contact avec la famille de la victime : "il assume". Tenant compte, sans doute, de cette attitude, le tribunal n'a pas suivi les réquisitions de la procureure, qui réclamait de la prison ferme, et a finalement condamné l'auteur de cet homicide involontaire à une peine de deux ans de prison entièrement assortie d'un sursis.