Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un étudiant clermontois se fait passer pour un enseignant pour obtenir les sujets d'examen du Barreau

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Pays d'Auvergne, France Bleu

C'est l'histoire de l'arroseur arrosé. L'histoire d'un étudiant de la faculté de droit de Clermont-Ferrand qui se fait pincer pour avoir essayé de tricher à l'examen du Barreau. Les faits se sont déroulés en 2015, le verdict doit être rendu ce jeudi par le tribunal correctionnel.

L'Université Clermont Auvergne entend se constituer partie civile.
L'Université Clermont Auvergne entend se constituer partie civile. © Radio France - Jade Peychieras

Clermont-Ferrand, France

Tout commence quelques jours avant l'examen, le 8 septembre 2015. Matthieu, étudiant à la faculté de droit, commence par appeler l'imprimeur de l'Université, et se fait passer pour un nouvel enseignant. Il dit avoir besoin de conseils pour comprendre le fonctionnement du système de reprographie, puis se rend chez l'imprimeur.

C'est là que, pendant les explications de son interlocuteur, il aperçoit sur l'écran de l'ordinateur le nom de la personne chargée des examens. Des documents dont elle a demandé la copie.

Le jugement rendu ce jeudi

L'étudiant réussit alors à convaincre l'imprimeur qu'il a besoin de ses documents, pour y effectuer des corrections, et il repart, sans être inquiété, avec sous le bras les sujets d'examen d'entrée à l'Ecole des Avocats !

L'université s'est rapidement rendue compte de la supercherie, et a fait changer tous les énoncés avant les épreuves. En prime, Matthieu a écopé d'une sanction disciplinaire : il ne peut plus intégrer d'établissement public d'enseignement supérieur (une sanction dont il a fait appel). Au tribunal correctionnel, il risque aussi une amende, des travaux d’intérêt général, voire une peine de prison avec sursis, en plus des 5 000 euros réclamés par l'Université, à titre de dommages et intérêts. Le tribunal doit rendre son jugement ce jeudi en fin de journée.

Choix de la station

France Bleu