Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un étudiant toulousain sera jugé à la fin du mois pour les violences du 1er-Mai à Paris

jeudi 3 mai 2018 à 18:16 Par Vanessa Marguet, France Bleu Occitanie

Un étudiant toulousain devait comparaître ce jeudi devant le tribunal correctionnel de Paris, pour avoir participé aux violences et aux débordements du 1er-Mai à Paris. Mais il a demandé un délai pour préparer sa défense et sera jugé le 30 mai.

283 personnes ont été interpellées après les débordements et 102 ont été placés en garde à vue.
283 personnes ont été interpellées après les débordements et 102 ont été placés en garde à vue. © Maxppp - ©Julien Mattia

Toulouse, France

Vous avez sans doute vu ces images d'abris bus saccagés à Paris, de voitures brûlées, les vitres cassées et les jets de projectiles sur la police.  Au total, 102 personnes ont été placées en garde à vue après ces violents débordements à Paris en marge de la manifestation du 1er-Mai et parmi eux, il y avait un étudiant toulousain de 22 ans, qui était appelé à comparaître ce jeudi au tribunal correctionnel de Paris. 

Etudiant en anthropologie au Mirail

Il s'appelle Loris. Il est en première année d'anthropologie à l'université Jean Jaurès au Mirail d'après la correspondante de France Info présente sur place. Son casier judiciaire est vierge. On sait qu'il a exercé plusieurs métiers comme serveur ou ouvrier viticole, qu'il avait fait un service civique à Paris et qu'il a des activités au sein du DAL, l'association droit au logement. 

Cet étudiant toulousain devait être jugé avec cinq autres jeunes ce jeudi en comparution immédiate, mais il n'a vu son avocat, commis d'office, que 15 minutes avant l'audience et il a demandé un délai pour préparer sa défense. Il sera donc jugé finalement le 30 mai pour "participation à des groupements en vue de commettre des violences et des dégradations" et pour acte de "rébellion" sur un policier. En attendant, il est libéré sous contrôle judiciaire et n'a pas le droit de séjourner à Paris, sauf pour voir son avocat.

Un autre jeune, un lyonnais de 26 ans, sera jugé le même jour, le 30 mai. Quatre autres prévenus devaient comparaître ce jeudi.