Faits divers – Justice

Un faux chômeur vole deux millions d'euros à Pôle emploi

Par Marina Cabiten, France Bleu lundi 24 février 2014 à 12:13

Pôle Emploi a donné l'alerte en janvier 2012 sur ce faussaire
Pôle Emploi a donné l'alerte en janvier 2012 sur ce faussaire © Maxppp

En changeant d'identité une centaine de fois auprès de Pôle emploi, un homme a empoché deux millions d'euros en deux ans. L'affaire de ce faux chômeur, révélée lundi par le Parisien/Aujourd'hui en France, est l'une des plus importantes escroqueries à l'allocation chômage.

Une centaine de fois, il s'est fait passer pour un chômeur. Avec à chaque fois une identité différente. Ce fraudeur, qui a dérobé deux millions d'euros en deux ans à Pôle Emploi, a été interpellé en avril 2012. Le Parisien/Aujourd'hui en France (article payant) révèle lundi cette escroquerie à l'allocation chômage, l'une des plus grandes jamais connues.

Un faussaire très prudent

Cet homme de 48 ans donnait à Pôle emploi des faux documents d'identité, des faux numéros de téléphones et des adresses ne correspondant à rien. Seuls les comptes en banque étaient viables, et c'est ce qui l'a perdu. En janvier 2012, Pôle emploi donne l'alerte après avoir constaté que deux chômeurs sans lien apparent se font verser leurs allocations sur le même compte. Au total, le faussaire en avait ouvert une cinquantaine. Pour se connecter au site de Pôle emploi, il prenait soin d'aller dans des cybercafés. Pour appeler l'agence, il utilisait une cabine téléphonique. Et pour dépenser l'argent détourné, il utilisait exclusivement des distributeurs. Il a été mis en examen, et ce n'est pas la première fois que la justice le poursuit.

Acteur de l'équipée sanglante Rey-Maupin

Avant cette fraude à Pôle emploi, le faussaire avait déjà été mis en cause, dans une affaire médiatique. La course-poursuite de Florence Rey et Audrey Maupin en 1994, qui s'est terminée par la mort de trois policiers, d'un chauffeur de taxi et d'Audrey Maupin. Ce dossier est revenu dans l'actualité en novembre dernier, car le tireur parisien ayant visé le journal Libération était lui aussi connu de la police pour son rôle dans l'affaire Rey-Maupin.

En 2013, Pôle emploi a subi une fraude de 58,7 millions d'euros.