Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un an ferme après avoir tiré des coups de feu pour intimider son fils

lundi 31 octobre 2016 à 19:45 Par France Bleu Lorraine Nord, France Bleu Lorraine Nord

Le tribunal correctionnel de Metz a condamné ce lundi un père de famille à 18 mois de prison dont un an ferme. Il avait tiré trois coups de feu en direction de son fils mercredi dernier dans le quartier de l'Actipôle à Metz.

La salle du tribunal correctionnel de Metz où a été jugée l'affaire
La salle du tribunal correctionnel de Metz où a été jugée l'affaire © Radio France - Louis Belenfant

L'origine de la dispute remonte au début de l'été. "Mon fils m'a interdit d'aller à l'enterrement de mon père", explique le prévenu à la barre. "C'est un geste très grave dans les milieux gitans", ajoute son avocat, Dominique Rondu.

Sept plaintes en quatre mois

A partir de là, la tension monte. En quelques semaines, sept plaintes sont déposées pour des menaces de mort et des violences. "Oui bien sûr, il m'a insulté, je l'ai insulté", reconnaît le père de famille de 49 ans.

Jusqu'à mercredi dernier, les deux hommes, qui sont ferrailleurs, se retrouvent à la déchèterie. Encore une fois, le climat est exécrable. Le fils s'éloigne vers sa voiture. le père prend peur.

J'ai paniqué, j'ai cru qu'il allait m'agresser.

Le père tire alors trois coups de feu. Les trois touchent uniquement le véhicule. La victime le reconnait aussi, ce n'était pas pour le toucher, seulement pour l'intimider.

Calmer les esprits

Alors quelle suite maintenant ? " Est-ce que votre condamnation ne va pas relancer la guerre familiale ?", demande la procureure. Tous les proches sont là, attentifs, dans la salle. Le prévenu promet :

Avec mon fils on s'est mis d'accord, chacun part de son côté et on ne se parle plus.

"J'ai peur qu'il y ait des représailles", maître Dominique Rondu

Mais visiblement le tribunal a estimé que les paroles ne suffisaient pas. Pour calmer les esprits et éviter tout nouvel accrochage, il a prononcé une peine de 18 mois de prison, dont un ferme. C'est six mois de plus que ce réclamait la procureure.