Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Agriculture – Pêche

Un fongicide dangereux pour la santé retiré du marché français

-
Par , France Bleu

L'agence sanitaire Anses a décidé de retirer du marché français tous les produis à base d'époxiconazole. Ce fongicide, l'un des plus utilisés par les agriculteurs céréaliers français, présente un danger préoccupant pour l'homme.

L'agence sanitaire Anses a ordonné le retrait du marché de l'époxiconazole, fongicide très utilisé en France
L'agence sanitaire Anses a ordonné le retrait du marché de l'époxiconazole, fongicide très utilisé en France © AFP - Claudius Thiriet

Moins connu que le glyphosate, l'époxiconazole a été retiré du marché par l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire de l'Alimentation, de l’Environnement et du travail (Anses). Selon elle, ce serait un "perturbateur endocrinien" qui présenterait un danger préoccupant pour l'Homme et l'environnement. La substance est déjà considérée comme cancérogène suspectée mais est aussi présumée toxique pour la reproduction humaine. Les produits contenant de l'époxiconazole devront avoir disparu du marché d'ici 12 mois, a précisé la directrice de l'Anses.

50 % des surfaces céréalières 

L'époxiconazole est épandu sur près de 50 % des surfaces agricoles dédiées aux céréales (blé, orge seigle, avoine) et 70% des surfaces de culture betteravière selon l'agence. C'est un composant de nombreux pesticides, produits notamment par BASF, le géant allemand de la chimie. Les agriculteurs vont donc devoir s'adapter. 

Car d'autre solutions existent : "Il y a des alternatives de la même famille, les triazoles, et de nouvelles substances en cours d'évaluation au niveau européen", a indiqué Carole Sémaille. "Les agriculteurs ont déjà probablement un peu anticipé parce que les ventes ont un peu diminué ces dernières années", a-t-elle ajouté.

La France n'attend pas l'Union européenne

L'Anses va notifier sa décision aux autorités européennes. L'institution est en train de réfléchir à renouveler l'autorisation du produit. 

Mais l'Anses a décidé de ne pas attendre, pour évaluer le fongicide dont environ 200 tonnes sont vendues chaque année. "Un guide publié en juin 2018 au niveau européen établit les critères scientifiques pour dire si une substance active est perturbateur endocrinien ou non (...) Sur la base du nouveau guide, on peut établir et confirmer que (l'époxiconazole) est perturbateur endocrinien", a expliqué à l'AFP Caroline Semaille, directrice générale déléguée de l'Anses.

Un perturbateur endocrinien

Les perturbateurs endocriniens sont présents dans de nombreux produits du quotidien et sont encore mal connus. Mais la liste de leurs effets néfastes est longue : problèmes de fertilité, croissance, comportement, origine de certains cancers... 

La réglementation européenne adoptée en 2017 ne satisfait pas les ONG car elle ne concerne que les produits sanitaires et biocides. 

Cette décision intervient alors que le gouvernement veut réduire l'utilisation de produits parapharmaceutique de 25% d'ici 2020 et 50% d'ici 2025, et prévoit une sortie du glyphosate pour 2021. 

Choix de la station

France Bleu