Faits divers – Justice

Un homme condamné pour avoir insulté sur Facebook un garçon de huit ans en surpoids

Par Fabien Fourel, France Bleu Hérault et France Bleu vendredi 20 janvier 2017 à 7:00

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp - Maxppp

Un garçon de huit ans en surpoids a subi des insultes sur Facebook de la part d'un adulte. Sa mère a porté plainte. Le tribunal correctionnel de Béziers a condamné ce vendredi l'auteur des insultes à 1 000 euros d'amende et 4 000 euros de dommages et intérêts.

Il y a un an, une femme de ménage aide le petit Evan, en fauteuil roulant pour un rhume de hanche, et le porte pour qu'il accède à la cantine de son école à Agde (Hérault), mais elle se blesse au dos. En arrêt maladie, elle s'explique sur Facebook et son mari commente l’arrêt de travail sur le réseau social en insultant l'enfant et en l'accusant d’être responsable.

Jennifer Martinez, la maman du petit garçon âgé de huit ans, ne tarde pas à l'apprendre : lorsqu'elle vient chercher son fils à la sortie de l'école, certains parents l'avertissent. Et depuis, elle ne décolère pas.

"Ils m'ont montré des copies du post. Il y avait écrit : 'Ma femme a juste essayé de soulever une espèce de gros porc élevé à la poudre ou à coups de hamburgers. Moi je t'aurais fait courir ce gros lard.'"

Le message fait le tour du petit établissement. Evan est blessé, il ne mange plus et ne veut plus retourner à l'école. Jennifer décide de le changer d'établissement en cours d'année.

"Je l'ai amené à l'école. Devant le portail, il est parti en courant et, en pleurs, il m'a dit : 'Maman, ce soir je change d'école.' Moi ça m'a rendue malade. C'est mon fils, je n'en dormais plus le soir."

Mais jamais le petit garçon ou sa famille n'ont reçu d'excuses. Ils ont donc décidé de porter l'affaire devant les tribunaux.

Étant donné la nature du litige, la famille n'a pas pu déposer plainte, mais elle a fait citer d'elle même l'auteur du message devant le tribunal correctionnel et le dossier a été jugé en audience début décembre. Le délibéré a été rendu ce vendredi : l'auteur du post a été condamné à verser 1.000 euros d'amende et 4.000 euros de dommages et intérêts.

"J'aurais voulu au début des excuses. Là ce que je veux, c'est l’embêter comme il nous a embêtés, pour soutenir mon fils et dire qu'on n'a pas le droit de traiter un enfant de gros porc."

Ecoutez Jennifer Martinez, la maman d'Evan

Lors du procès, l'avocate de la partie adverse avait estimé que rien ne permettait d'identifier le petit Evan sur le post Facebook. Elle avait demandé la relaxe.