Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Un gilet jaune breton condamné à six mois de prison ferme pour avoir appelé à tirer sur les forces de l'ordre

vendredi 29 mars 2019 à 10:47 Par Benjamin Fontaine, France Bleu Armorique et France Bleu Breizh Izel

Le trentenaire avait publié une vidéo sur Facebook dans laquelle il appelait les "gilets jaunes" à prendre les armes.

L'homme présentait notamment un fusil "capable de faire de bons trous" (photo d'illustration).
L'homme présentait notamment un fusil "capable de faire de bons trous" (photo d'illustration). © Maxppp - Maxppp

Cancale, France

Il était soupçonné d'avoir mis en ligne une vidéo appelant les "gilets jaunes" à tirer sur les forces de l'ordre. Un Cancalais a été condamné ce jeudi 28 mars à six mois de prison ferme par le tribunal correctionnel de Saint-Malo. 

Une carabine, un pistolet, un fusil et des munitions

Le 14 février cet homme avait posé une vidéo de quatre minutes sur Facebook dans laquelle il appelait les "gilets jaunes" au combat. Dans sa vidéo, il apparaissait avec une carabine, un fusil capable "de faire de bons trous" et un pistolet automatique. "Devant ça, les forces de l'ordre ne vont pas reculer. Le plomb, ça rentre direct dans les combinaisons. Ne faites pas de détail", expliquait-il. 

"Je ne suis pas comme ça dans la vie" - le prévenu

Les juges l'ont condamné pour "provocation au crime ou au délit". Pour justifier sa vidéo, le trentenaire a expliqué être "embrigadé par les réseaux sociaux.". "Je ne suis pas comme ça dans la vie," a-t-il ajouté selon les propos rapportés par l'AFP. Quand aux armes, elles appartenaient à un garde-chasse et à son grand-père. Les grenades avaient été récupérées dans une armurerie.