Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un gilet jaune cherbourgeois condamné à 6 mois de prison avec sursis

-
Par , France Bleu Cotentin

Un gilet jaune de 60 ans a été reconnu coupable d'avoir frappé le 25 janvier dernier une gendarme en civil sur le rond-point de La Glacerie. Il a été condamné par le tribunal correctionnel de Cherbourg ce mardi à 6 mois de prison avec sursis.

Les gilets jaunes mobilisés devant le tribunal de Cherbourg
Les gilets jaunes mobilisés devant le tribunal de Cherbourg © Radio France - Katia Lautrou

Cherbourg-Octeville, Cherbourg-en-Cotentin, France

Ils étaient une trentaine de gilets jaunes ce mardi venus, pour certains de Saint-Lô, soutenir leur camarade convoqué par la justice quand les 5 gendarmes eux accompagnaient leur collègue. A la barre d'entrée le ton est donné. La présidente : "monsieur reconnaissez-vous avoir porté des coups à madame" réponse : "non". Réponse forte et assurée, regard fort décontenancé de la victime gendarme sur le banc. Lui raconte qu'il a voulu se défendre "je n'ai pas porté de coups volontairement, c'est son frère à elle qui m'a frappé en premier". Ce soir là, la gendarme est en civil et rentre d'un restaurant en famille quand elle tombe sur un barrage de gilets jaunes rond-point de la Glacerie "j'ai dit qu'il était interdit de bloquer et j'ai montré ma carte professionnelle, j'ai pris une gifle puis une 2e quand j'ai déplacé un plot". Faux rétorque le prévenu qui reconnaît avoir trop bu ce soir là mais ne reconnaît pas les violences. Il ajoute "c'est sa parole contre la mienne". Son avocate s'engouffre  : "_mon client a été jugé coupable dès le début... la victime est  gendarme...On n'est pas aller chercher plus loin..._certains témoins n'ont pas été entendu". La procureur elle requiert 6 mois de prison ferme. Colère de l'avocate "c'est d'une extrême sévérité on a même pas cela dans le cas de violences conjugales quand les victimes sont défigurées". Silence dans la salle mais sur le visage de la procureur on devine l'agacement. A la barre le prévenu lâche "on ne m'a pas écouté". 10 minutes plus tard la décision tombe :  6 mois avec sursis. L'homme est jugé coupable et responsable.

Banderole des gilets jaunes devant le tribunal de Cherbourg  - Radio France
Banderole des gilets jaunes devant le tribunal de Cherbourg © Radio France - Katia Lautrou
Choix de la station

France Bleu