Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un gilet jaune condamné pour avoir publié l'adresse du procureur de la République de Besançon

-
Par , France Bleu Besançon, France Bleu

Un gilet jaune écope de trois mois de prison ferme pour avoir publié l'adresse personnelle du procureur de la République de Besançon sur le réseau social Facebook. Son procès s'est tenu ce jeudi au tribunal correctionnel de Vesoul.

Salle d'audience, tribunal correctionnel de Vesoul
Salle d'audience, tribunal correctionnel de Vesoul © Radio France - Jean Francois Fernandez

Vesoul, France

Un gilet jaune est condamné à trois mois de prison ferme pour avoir divulgué l'adresse personnelle du procureur de la République de Besançon, Etienne Manteaux, sur Facebook. Cet homme de 32 ans a été jugé en comparution immédiate ce jeudi au tribunal correctionnel de Vesoul, pour des faits commis le vendredi précédent.

Il présente ses regrets

Pendant l'audience, cet habitant de Saint-Vit a présenté ses regrets : "J'ai fait cela _dans un but de contestation_, je n'ai pas réfléchi. Je regrette. Je n'avais pas conscience des conséquences." Une ligne de défense appuyée par son avocate, Me Valérie Grandmougin, qui a déclaré pendant sa plaidoirie : "Mon client a agi en contestation d'un jugement prononcé contre l'un de ses amis gilet jaune. Il n'a pas réfléchi."

Indignation du Parquet

Mais pour le procureur de la République de Vesoul, Emmanuel Dupic, "la contestation se fait à travers les urnes, au cours de manifestations encadrées. _On ne s'en prend pas à la vie privée d'un procureur_". Il a requis neuf mois de prison, dont six mois avec sursis, assortis de l'obligation d'effectuer un stage de citoyenneté. 

Le tribunal a prononcé une peine de huit mois de prison dont cinq mois avec sursis, ainsi que l'obligation d'effectuer un stage de citoyenneté.

Choix de la station

France Bleu