Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Un gilet jaune creusois condamné à quatre mois de prison avec sursis

lundi 7 janvier 2019 à 19:48 Par Audrey Tison et Fabien Arnet, France Bleu Creuse

Yoann Decoux a été condamné ce lundi par le tribunal de grande instance de Paris pour avoir jeté un pavé lors d'une manifestation des gilets jaunes à Paris. Il devra aussi faire du travail d'intérêt général.

Les faits qui lui sont reprochés sont la dégradation, le rassemblement non réglementé et le jet d'objets n'ayant pas entraîné de blessures.
Les faits qui lui sont reprochés sont la dégradation, le rassemblement non réglementé et le jet d'objets n'ayant pas entraîné de blessures. © Radio France - Simon de Faucompret

Guéret, France

Quatre mois de prison avec sursis, le jugement est tombé ce lundi 7 janvier pour Yoann Decoux. Le tribunal de grande instance de Paris consacrait l'ensemble de son audience à des gilets jaunes, interpellés lors de manifestations.

Ce Creusois de 35 ans a été jugé coupable de jet d'objet. Il a été établi qu'il avait jeté un pavé sur un kiosque à journaux de Paris le 24 novembre dernier, le tribunal ne retient pas le jet d'un autre pavé au sol, juste devant les forces de l'ordre. Rapidement interpellé, il avait passé 48 heures en garde-à-vue et avait refusé une comparution immédiate, demandant un délai pour préparer sa défense, il était rentré en Creuse.

J'ai raconté mes deux heures à Paris et j'ai eu un super-bon juge, un tribunal clément, humain.

Il devra également effectuer 105 heures de travail d'intérêt général, à faire dans les 18 mois à venir. C'est le soulagement pour Yoann Decoux, qui risquait jusqu'à trois ans de prison ferme et 45.000 euros d’amende.