Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un gilet jaune d'Aimargues sera jugé le 22 Janvier pour vol en réunion et attroupement illégal

mercredi 26 décembre 2018 à 18:30 Par Ludovic Labastrou, France Bleu Gard Lozère

En détention provisoire depuis dimanche dernier, la justice l'a placé ce mercredi sous contrôle judiciaire. On reproche à ce gilet jaune d'Aimargues sa participation à un attroupement illégal, une entrave à la circulation et un vol en réunion. Des faits pour lesquels il encourt jusqu'à 10 ans.

Le tribunal de grande instance de Nîmes.
Le tribunal de grande instance de Nîmes. © Radio France - Ludovic Labastrou

Nîmes, France

Un gilet jaune d'Aimargues échappe à la détention provisoire et ce, contrairement à ce qu'avait requis le ministère public. Âgé d'une trentaine d'années, on lui reproche, dimanche dernier, d'avoir commis une entrave à la circulation, un vol en réunion en l’occurrence des palettes pour bloquer la circulation sur la RN 113 et aussi d'avoir participé à un attroupement interdit devant la zone artisanale. Des faits pour lesquels il encourt jusqu'à 10 ans. Le tribunal correctionnel de Nîmes l'a placé sous contrôle judiciaire en attendant son jugement le 22 janvier prochain.

"Une décision logique, il ne faudrait pas que l'état utilise la justice pour stopper le mouvement des gilets jaunes". Maître Jean-Michel Rosello.

Maître Jean-Michel Rosello avocat du gilet jaune d'Aimargues.

2 autres de ses comparses seront jugés en mai prochain.

Tout trois avaient été placés en garde à vue après leur interpellation par les gendarmes dimanche matin. Les deux comparses ont été libérés et répondront de leurs actes le 28 mai prochain devant le tribunal correctionnel de Nîmes. Le plus impliqué qui avait été écroué en attendant sa comparution ce mercredi a demandé du temps pour préparer sa défense.  A l'audience ce mercredi le ministère public avait réclamé son maintien en détention. La justice l'a libéré en attendant sa comparution le 22 janvier prochain. 

Récit Ludovic Labastrou.

Le gilet jaune d'Aimargue a été placé sous contrôle judiciaire strict. Interdiction d'entrer en contact avec ses deux comparses et de reparaître sur un rond point sous peine d'une retour immédiat en prison.