Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice DOSSIER : Mouvement des "gilets jaunes"

Un gilet jaune jugé à Montauban pour avoir insulté le préfet sur Facebook

-
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

En garde à vue depuis jeudi, ce "gilet jaune" de 37 ans est condamné à 4 mois de prison avec sursis en comparution immédiate pour "outrage" envers le préfet du Tarn-et-Garonne sur les réseaux sociaux.

Des gilets jaunes sur un rond-point
Des gilets jaunes sur un rond-point © Maxppp - Thierry THOREL

Montauban

Militant de la première heure dans le Tarn-et-Garonne, ce "gilet jaune" de 37 ans a été interpellé chez lui à Nègrepelisse, jeudi 18 mai, puis placé en garde-à-vue au commissariat de Montauban.

Son coup de colère publié sur la page d’un groupe Facebook de Gilets jaunes de Montauban n’est pas passé inaperçu : "Il commence sérieusement à me casser les couilles ce préfet de merde."

Un post après une interdiction de manifester

À l’origine de ce coup de sang, une déclaration de manifestation en Préfecture sur le rond-point d’Aussonne pour célébrer les six mois du mouvement des gilets jaunes. Demande rejetée par le Préfet du Tarn-et-Garonne, Pierre Besnard, qui l’a accompagné d’une interdiction de manifester.

La réaction enflammée sur les réseaux sociaux a été repérée par les policiers qui ont rapidement identifié l’auteur des propos. Pendant sa garde à vue, ce "gilet jaune" de 37 ans a reconnu les faits. Il était déjà connu des services de police pour des occupations sauvages sur l’autoroute et sur la rocade de Montauban.

Quatre mois de sursis avec mise à l'épreuve

Jugé ce vendredi après-midi en comparution immédiate au tribunal correctionnel de Montauban , il a été condamné à une peine de quatre mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve pour "outrage et organisation de manifestation malgré l’interdiction préfectorale".