Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Un gilet jaune mayennais jugé en février prochain pour menaces de mort, sa garde à vue levée

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

Le gilet jaune qui avait menacé de mort les préfets dans une vidéo a été présenté ce mercredi 22 novembre à un magistrat.

illustration
illustration © Radio France

La garde à vue de cet homme, âgée d'une quarantaine d'années, a été levée. Il était entendu depuis près de 48 heures à l'hôtel de police de Laval. Ce gilet jaune a été présenté à un magistrat qui lui a notifié sa convocation au tribunal correctionnel. Il sera jugé le 15 février 2019 à 9 heures. 

Une vidéo postée sur Facebook

Interpellé lundi en fin de journée en marge d'un rassemblement des gilets jaunes à Saint-Berthevin, sur la rocade de l'agglomération lavalloise, il avait le matin même proféré des menaces de mort à l'encontre du préfet de la Mayenne et des autres représentants de l'Etat. Il avait publié sur Facebook une vidéo dans laquelle il affirmait : "Nous, on va donner des ordres au peuple d'aller chercher les putains de Préfet, on va les crucifier, comme ça. Et ce sera un message direct à monsieur Macron, ça ce sera notre première sommation. Ces préfets-là, ils ont des femmes et des enfants. On aimerait bien qu'ils ne se reproduisent pas ces espèces-là. Bon, ils se reproduisent. Qu'on aille chercher ces préfets, les représentants de monsieur Macron. C'est ça le message pour tous les organisateurs au niveau national, c'est d'aller choper les préfets, de trouver leurs adresses, leurs maisons secondaires, leurs numéros de téléphone. On va les harceler"

Le parquet s'était saisi aussitôt du dossier. Le préfet de la Mayenne et le ministère de l'Intérieur se réservent, par ailleurs, le droit de porter plainte. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess