Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un Girondin entendu par les gendarmes pour avoir fauché un champ de tournesols qu'il estime OGM

-
Par , France Bleu Gironde

Un Girondin a été convoqué à la gendarmerie de Castelnau-de-Médoc, au nord de Bordeaux, après avoir participé à une opération de fauchage sur une parcelle cultivant des tournesols dans l'Aveyron. Les cultures étaient génétiquement modifiées d'après le collectif des Faucheurs volontaires.

Une trentaine de personnes sont venues soutenir Fabrice Broccoli, faucheur d'OGM.
Une trentaine de personnes sont venues soutenir Fabrice Broccoli, faucheur d'OGM. © Radio France - Louise Buyens

Gironde, France

Fabrice Broccoli habite à Castelnau-de-Médoc, au nord de Bordeaux et c'est à la gendarmerie de sa commune qu'il a été convoqué ce lundi 26 août. Ce faucheur volontaire d'OGM, également chef d'entreprise de 35 ans, est sous le coup d'une enquête pour destruction de bien d'autrui commis en réunion, tout comme 57 autres personnes.

Le 15 août 2018, 58 personnes, toutes membres du collectif national des Faucheurs volontaires, ont fauché un champ de tournesols à Druelle, dans l'Aveyron. "Des variétés de tournesols génétiquement modifiées poussaient sur cette parcelle", défend le collectif qui a agit à visage découvert et qui a remis, deux mois plus tard, la liste des participants au fauchage au tribunal de Rodez. Sur les 58 faucheurs, une quarantaine ont déjà été entendus par les forces de l'ordre

Rassemblement de soutien 

Plus d'un an après cette action collective, une trentaine de personnes se sont réunies devant la gendarmerie de Castelnau-de-Médoc pour soutenir Fabrice Broccoli. 

Fabrice Broccoli (au milieu) avant son audition par les gendarmes. - Radio France
Fabrice Broccoli (au milieu) avant son audition par les gendarmes. © Radio France - Louise Buyens

Selon le collectif des Faucheurs volontaires, cette parcelle cultivée par le semencier français RAGT était génétiquement modifiée pour pouvoir tolérer un certain type d'herbicide. Un résultat obtenu grâce à la mutagénèse. Il s'agit d'une technique qui vise à introduire volontairement des mutations génétiques chez un organisme vivant. 

Or, une décision de la Cour de justice européenne datant du 25 juillet 2018 indique que les tournesols obtenus par mutagénèse font bien partie des OGM

On a fait qu'appliquer la loi" - Fabrice Broccoli. 

"On préfère protéger des grandes firmes comme RAGT plutôt que des actions citoyennes", dénonce Fabrice Broccoli.

Un autre Girondin entendu 

Jacky Berrahil habite à Marions, dans le sud Gironde. Lui aussi est membre du collectif Faucheurs volontaires et il a lui aussi été entendu par les gendarme en novembre dernier car il a participé à cette opération de fauchage : "Bien que notre action apparaît être illégale, nous la considérons légitime et nous demandons que le droit soit respecté."

Les faucheurs volontaires dénoncent l'impact sanitaire et environnemental de la présence des OGM dans la nature. "Dans la mesure où l'OGM est tolérant aux herbicides, il y a des résidus et _on sait très bien les dégâts sanitaires, environnementaux et aquatiques que cela engendre_. On retrouve aussi ces herbicides dans la chaîne alimentaire. Bien évidemment, c'est un danger", témoigne Jacky Berrahil. 

Jacky Berrahil dénonce l'impact sanitaire et environnemental des OGM.

Les faucheurs volontaires dénoncent l'impact sanitaire et environnemental des OGM. - Radio France
Les faucheurs volontaires dénoncent l'impact sanitaire et environnemental des OGM. © Radio France - Louise Buyens

Le collectif estime qu'un tiers des champs de tournesols en France sont classés OGM

S'il y a un procès, il aura lieu au tribunal de Rodez. Les faucheurs risquent 75 000 euros d'amende et jusqu'à cinq ans d'emprisonnement

Choix de la station

France Bleu