Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Cambriolages avec violence : un groupe de "saucissonneurs" devant les assises de Meurthe et Moselle

lundi 14 mai 2018 à 6:04 Par Mohand Chibani, France Bleu Sud Lorraine

Trois hommes et une femme sont jugés à partir de ce lundi devant la cour d'assises de Meurthe et Moselle. Les hommes sont soupçonnés d'avoir commis une dizaine de cambriolages avec violence dans la région entre 2009 et 2011. Ils ligotaient systématiquement leurs victimes avant de les dépouiller.

Le procès doit durer jusqu'à vendredi 18 mai
Le procès doit durer jusqu'à vendredi 18 mai © Maxppp - Maxppp

Nancy, France

Leurs surnoms : « le gros », « le chasseur » et « Rocky », leur spécialité : le saucissonnage ! Trois hommes, mais aussi une femme, comparaissent depuis ce lundi devant la cour d'assises de Meurthe-et-Moselle à Nancy pour des cambriolages avec violences, commis entre 2009 et 2011. Dans la majorité des cambriolages qui leurs sont reprochés, les braqueurs ligotaient leurs victimes avec soit du gros scotch, soit du film transparent, servant à entourer des palettes, avant de les dépouiller de leurs bijoux et de les forcer à leur dire où se trouvait l'argent, d'où le terme de "saucissonneurs". 

Les malfaiteurs encagoulés et gantés intervenaient toujours durant la nuit. Leurs victimes étaient des particuliers qui ont eu le malheur de croiser un jour leur chemin. Ce fut le cas notamment pour un chauffeur de taxi vivant à Bouxières-aux-dames, un couple de bijoutiers à Vathimenil ou encore un boulanger de Saint-Nicolas de Port. Au total, dans ce dossier 18 personnes se sont portées partie civile. 

Reconnu grâce à sa corpulence

Beaucoup d'entre elles ont été traumatisées car elles ont subies des coups de la part de leurs agresseurs. C'est d'ailleurs le témoignage de l'une des victimes qui a permis aux enquêteurs de démanteler le réseau. Il s'agit du chauffeur de taxi qui aurait reconnu l'un des braqueurs par sa corpulence car ils étaient inscrits dans la même salle de musculation. Le suspect est alors placé sur écoute par les enquêteurs, ce qui leur permet d’identifier ses comparses. Des rapprochements sont alors établis avec d'autres cambriolages commis dans la région à Dombasle, à Lay Saint Christophe ou encore à Lunéville. Plusieurs traces ADN sont retrouvées sur des cagoules saisies lors des perquisitions. Les malfrats étaient déjà connus de la justice. Ils se sont rencontrés lors de précédents séjours en prison.

Le procès doit durer jusqu'à vendredi 18 mai. Les accusés risquent 10 ans de prison et 150 000 euros d'amende.