Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un habitant de la Salvetat-sur-Agoût porte plainte contre le groupe d'extrême droite Les Brigandes

mercredi 3 janvier 2018 à 3:49 Par Marion Bargiacchi et Gaëlle Schüller, France Bleu Hérault et France Bleu

Thierry Canals, un habitant de la Salvetat-sur-Agoût (Hérault), porte plainte pour agression contre le groupe Les Brigandes, un groupe de musique aux idées très à droite de la droite. Il est composé de femmes et de leurs conjoints, qui vivent reclus en communauté dans le village.

Les "Brigandes" un groupe de musique aux idées très à droite de la droite.
Les "Brigandes" un groupe de musique aux idées très à droite de la droite. - Capture d'écran

La Salvetat-sur-Agout, France

Les Brigandes, c'est un groupe de sept femmes masquées. Elles diffusent sur Internet des chansons aux titres qui parlent d'eux mêmes : "Foutez le camp", "On vous emmerde", "J'élucubre à Sion" ou encore "Catho Spleen". 

Elles, se définissent sur leur site comme des "chanteuses contestataires mal pensantes".

Thierry Canals habite la Salvetat-sur-Agoût. Il mène un combat contre le groupe. Il se définit comme un lanceur d'alerte et écrit contre le groupe sur son blog. 

"Ils se croient de plus en plus forts. La dernière agression contre moi, c’était en pleine matinée, dans l’espace public, près du monument aux morts. Ils m’ont suivi jusqu’à la voiture, m’empêchant de rentrer. Et puis, il y a eu le flot d’insultes." 

Seul contre tous ?

Thierry Canals a parfois l’impression de mener un combat seul, d'autant plus que le groupe a pignon sur rue.

"Ils se présentent sous un jour tellement lisse, on se demande pourquoi je suis aussi méchant avec elles." 

"Elles ont un magasin avec leur vitrine et leur studio d’enregistrement. Dans la vitrine, il y a des candélabres, des têtes de mort, des drapeaux nationalistes. À l’intérieur, vous pouvez trouver des livres comme Mein Kampf, la théorie du grand remplacement de Renaud Camus, des écrits négationnistes...

Même si elles ont déscolarisé leurs enfants, les Brigandes et leurs conjoints sont partout dans le village : "Ils s’inscrivent sur les listes électorales, vont jouer gratuitement dans la maison de retraite, entretiennent les jardins. Elles ont même formé un nouveau groupe, "Les Salvetoises". Elles se sont accaparé le nom du village. J’appelle à la résistance !"

Thierry Canals déplore l'image positive du groupe dans le village de la Salvetat-sur-Agoût.

On ne sait pas si les Brigandes font beaucoup de concerts, mais elles publient très régulièrement sur internet et sont très proches de la Ligue du Midi

Sollicité, le maire de la Salvetat-sur-Agoût, Thibault Estadieu, refuse de parler de la présence des Brigandes dans sa commune.