Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un habitant de Saint-Dié devant le tribunal pour affichage sauvage

dimanche 13 mai 2018 à 18:31 Par Mohand Chibani, France Bleu Sud Lorraine

Il s’appelle TOF et considère la rue comme un espace d’expression et de liberté. Pour le maire de Saint-Dié en revanche, ces multiples affichettes constituent des incivilités. L’affaire se retrouve devant le tribunal ce lundi après-midi.

La rue est un espace d'expression et de liberté pour TOF
La rue est un espace d'expression et de liberté pour TOF © Maxppp - Maxppp

Saint-Dié-des-Vosges, France

L'homme âgé de 54 ans, plus connu sous le nom de TOF, président du CLAC (Collectif pour la Liberté Artistique et Citoyenne) fait l'objet d'une plainte de la municipalité de Saint-Dié pour avoir collé des affichettes un peu partout dans la ville, sur des coffres d'installations électriques, sur des vitrines de magasins vides ou encore sur du mobilier urbain. Les affichettes étaient destinées à annoncer une réunion citoyenne, ou s'opposer aux compteurs Linky par exemple, mais la municipalité a estimé qu'il s'agissait de pollution visuelle. Elle a donc décidé d'attaquer devant le tribunal de police pour non-respect de l’article 418-3 du code de la route (stipulant qu’il est interdit d’apposer des affiches sur des signaux réglementaires de la circulation routière).

Le maire David Valence explique que ses services ont déjà fait preuve de patience : « Cet habitant a déjà été prévenu à quatre reprises, il s’est engagé lors d’une réunion à cesser ses affichages mais il n’a pas respecté cet engagement. _L’affichage sauvage coûte cher aux citoyens_, ça mobilise beaucoup d’heures de travail des employés municipaux et enfin il y a sept panneaux d’affichage libre à Saint-Dié disponibles pour tous ceux qui souhaitent annoncer des réunions qu’elles soient citoyennes ou politiques, j’assume donc complètement la plainte déposée contre ce monsieur »

Je me rendrai au tribunal déguisé en cochon" - TOF

TOF, lui espère obtenir gain de cause comme ce fut déjà le cas à Metz en 2009. Il avait été poursuivi pour les mêmes raisons mais le tribunal a décidé de le relaxer au motif que ses affichettes assuraient une communication citoyenne. En revanche, il a déjà été condamné "une fois à payer 10 euros" dit TOF qui se présente comme un militant acharné de la liberté d’expression. «C’est peut être une provocation mais je ne suis pas un délinquant, je mène une lutte. On se pavane en ce moment des 50 ans de Mai 68 mais l’art urbain a été complètement récupéré, les artistes ont le droit de taguer à condition que cela se fasse dans des cases prédestinées, mais dès qu’on sort de la case, ça dérange. Moi, on me symbolise comme un cochon qui salit la ville. Et bien cet après-midi, je me rendrai au tribunal déguisé en cochon »

TOF risque jusqu’à 1500 euros d’amende.