Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un habitant du Loiret fait partie des sept ex-membres des Brigades rouges interpellés ce mercredi

-
Par , France Bleu Orléans, France Bleu

Un homme de 63 ans domicilié à Chalette-sur-Loing, dans le Loiret, fait partie des sept ex membres des brigades rouges italiennes qui ont été interpellés ce mercredi matin, un peu partout en France. Narciso Manenti pourrait être extradé en Italie, où il a été condamné pour un meurtre commis en 1979.

Police
Police © Maxppp - Alexandre MARCHI

Sept anciens membres des Brigades rouges, réfugiés en France depuis des années, ont été interpellés ce mercredi matin dans le cadre d'une vaste opération de police judiciaire menée sur le territoire national, trois autres sont toujours recherchés. Et parmi eux, figure un homme domicilié dans le Loiret : Narciso Manenti, 63 ans.

Un homme de 63 ans domicilé à Chalette-sur-Loing

Ce dernier, né le 22 novembre 1957, est recherché pour l'exécution d'une peine de réclusion à perpétuité pour meurtre aggravé en réunion commis en Italie le 13 mars 1979, indique le parquet général de Paris. Comme les six autres anciens activistes du groupe d'extrême-gauche italien, Narciso Manenti est actuellement placé en rétention, avant d'être présenté au procureur général de Paris qui leur notifiera la demande d'extradition vers l'Italie dont il fait l'objet. Ces sept ex brigadistes comparaitront ensuite devant la chambre de l'instruction.

Décision d'Emmanuel Macron

Cette opération menée par la sous direction anti-terroriste de la direction centrale de la police judiciaire a été déclenchée sur saisie du parquet général de Paris, lui-même sollicité un nouvelle fois par l'Italie de demandes d'extradition. La décision de transmettre au Parquet ces dix noms, sur les 200 personnes que réclame l'Italie à la France depuis des années, a été prise par Emmanuel Macron et "s'inscrit strictement dans la "doctrine Mitterrand" d'accorder l'asile aux ex-brigadistes sauf pour les crimes de sang", a précisé l'Elysée.

Inconnu au bataillon pour le maire de Chalette-sur-Loing

L'arrestation de M. Manenti n'a pas eu lieu dans le Loiret, indique le parquet général de Paris, sans plus de précisions. Le maire de Chalette-sur-Loing, Franck Demaumont, dit ne pas connaître cet homme de 63 ans : "j'avais entendu parler de lui dans la presse il y a quelques années. Mais c'est tout, je sais qu'il a une entreprise de services à domicile rue de la Forêt, mais pour moi, il avait quitté la commune depuis un moment".

Dans une enquête parue en février 2019 dans le JDD, Narciso Manenti est présenté comme l'ancien chef d’un commando de guérilla prolétarienne, condamné pour l’assassinat d’un gendarme : il avait parlé au journal italien Corriere della Serra affirmant être devenu un "homme très différent" et niant les agissements pour lesquels la justice italienne l’a condamné.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess