Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un haut fonctionnaire de l'Intérieur impliqué dans des vidéos scatophiles

-
Par France Bleu

Le chef du protocole du ministère de l'Intérieur risque la révocation, selon "Le Parisien", pour être apparu sur des vidéos à caractère scatophile diffusées sur un site spécialisé sur internet. Le fonctionnaire, chevalier de l'ordre national du Mérite, pourrait être sanctionné pour manquement au code de déontologie de la police.

Police (illustration)
Police (illustration) © Fotolia

Le chef de protocole du ministère de l'Intérieur fait l'objet d'une enquête administrative, révèle ce jeudi matin le quotidien Le Parisien . Il a été entendu mercredi par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN), la police des polices, et risque la révocation pour non-respect du code de la déontologie de la police. 

Sa faute ? Il se serait livré à des pratiques sexuelles extrêmes : des vidéos scatophiles diffusées sur Internet, sur un site spécialisé au contenu payant. Un manquement au code de déontologie selon lequel "le fonctionnaire de police ne se départit de sa dignité en aucune circonstance ". Des vidéos tournées dans les égoûts de Berlin, et retirées du site en question il y a quelques semaines, selon le Parisien , qui est parvenu à se procurer les séquences en question.

Des propos racistes

Le fonctionnaire de police avait déjà été convoqué par son commissaire cet été, après que des rumeurs insistantes avaient circulé à ce sujet. Il avait alors nié et déclaré que, quoi qu'il en soit, cela relèverait de sa vie privée. Le 14 juillet dernier, il avait donc pu défiler sur les Champs-Elysées en tant que porte-drapeau de la police. 

En attendant les suites de l'enquête, le brigadier-chef a été maintenu à son poste. Mais l'enquête pourrait être plus approfondie : selon un autre policier, dont les propos sont rapportés par le quotidien, "souvent, en petit comité, il tenait des propos racistes, par exemple en montrant l'une de ses médailles et en disant qu'il avait tué du bougnoule pour l'avoir". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess