Insolite

Un Héraultais pompe "les derniers souffles du socialisme" devant le siège du PS à Paris

Par Pascale Viktory, France Bleu Hérault et France Bleu lundi 10 octobre 2016 à 19:17 Mis à jour le lundi 10 octobre 2016 à 19:39

Pierre Guiraud pompe les derniers souffles du socialisme devant le siège du PS à Paris
Pierre Guiraud pompe les derniers souffles du socialisme devant le siège du PS à Paris - Pierre Guiraud

Pierre Guiraud, un habitant de Lodève (Hérault), est monté à Paris ce lundi 10 octobre pomper les "derniers souffles du socialisme" devant le siège du Parti socialiste, rue de Solférino. Il va ensuite les mettre en boîtes de conserve et les vendre.

Dernière facétie de Pierre Guiraud, alias Pierrot le Zygo : le trublion de Lodève, dans l'Hérault, candidat "coluchiste" à plusieurs élections locales est allé ce lundi 10 octobre à Paris récupérer "les derniers souffles du socialisme".

Il s'est rendu devant le siège du PS, au 10 rue de Solférino où il a pompé l'air du socialisme avant qu'il ne disparaisse (mort prévue le 23 avril 2017, premier tour de l'élection présidentielle).

"Le vigile m'a pris pour un agriculteur, j'avais mis mon tee shirt "pis de vache" puisque mon slogan c'est, "liberté, égalité, vache à lait". Je lui ai demandé si je pouvais pomper l'air, il m'a dit, oui, vous êtes sur le domaine public."

Pierre Guiraud a rempli un ballon de deux mètres de diamètre, de 1.500 souffles. Il lui a fallu plus de 3.000 coups de pompe. Des passants se sont arrêtés. Quand ils leur a expliqué ce qu'il faisait, certains l'ont aidé à pomper.

Pierre Guiraud va rapporter son ballon rempli des "derniers souffles du socialisme" à Lodève. Il a prévu de les mettre en boîtes de conserve et de les vendre (3,50 euros) "avec le certificat de garanti." Il va aussi en envoyer une pour Noël à François Hollande.

Pierre Guiraud n''en est pas à sa première action "coluchiste". Il s' est fait connaitre en vendant de l'air pur du Larzac en flacon au tout début du XXIe siècle. Avant, il avait fabriqué le plus grand chèque en bois (en vrai bois) pour payer sa TVA. On lui doit la machine à serrer des mains, un boitier avec une main qui dépasse et l'inscription : "en cas d'absence : serrer ici".

Pierre Guiraud

Partager sur :