Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Homme armé d'un couteau recherché à l’hôpital de Rodez : fin de l'alerte, opération levée

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Occitanie, France Bleu

L'alerte est levée depuis 14 heures ce lundi 2 décembre à l'hôpital de Rodez où un homme signalé armé d'un couteau était activement recherché depuis le matin. Aucune arme n'a été retrouvée. Les personnes interrogées ont été mises hors de cause.

Un homme armé d'un couteau est recherché par la police ce Lundi 2 Décembre 2019 dans les couloirs de l’hôpital Jacques-Puel de Rodez
Un homme armé d'un couteau est recherché par la police ce Lundi 2 Décembre 2019 dans les couloirs de l’hôpital Jacques-Puel de Rodez © Maxppp - VIVIANE LAPORTE

Rodez, France

L'alerte a été levée en début d'après midi à l'hôpital Jacques-Puel de Rodez où l'on a recherché tout au long de la matinée un homme signalé armé d'un couteau dans les couloirs de l'hôpital. Après une double inspection complète des couloirs et des chambres, aucune arme n'a été retrouvée. Les deux suspects interrogés en fin de matinée ont finalement été mis hors de cause.

Ce lundi matin 2 Décembre, une quarantaine de policiers et gendarmes ont investi l'hôpital Jacques-Puel de Rodez à la recherche d’un homme qui pouvait être armé. Vers 8 heures et demi, le personnel soignant a vu un homme armé d’un couteau entrer dans l'hôpital par la porte principale. Sa présence a été confirmée par les caméras de vidéo-surveillance, mais aucune arme n'était visible sur les images.

Fausse alerte, les deux suspects relâchés

Les policiers et les gendarmes ont fouillé l'hôpital "étage par étage et pièce par pièce" indique Pierre Bressolles, le directeur de cabinet de la préfecture de l'Aveyron lors d'un point presse à la mi journée.

Deux personnes suspectes correspondant au signalement ont été interrogées, mais elles ont rapidement été mises hors de cause par les services de police, et remises en liberté. Les deux inspections méticuleuses des chambres et des couloirs de l'hôpital ont confirmé l'absence d'arme dans l'hôpital. 

Une fausse alerte qui a servi de répétition générale pour les services de sécurité, l'opération policière était justifiée estime Pierre Bressolles, le directeur de cabinet de la préfecture de l'Aveyron. "L'hôpital comme tous les établissements accueillant du public est à risque en cas d'attaque ou d'attentat, il est important que nos concitoyens sachent qu'il est important de signaler ces situations, qu'elles sont prises en compte, quitte à lever le doute comme nous avons pu le faire rapidement à Rodez."

Pierre Bressolles - directeur de cabinet de la préfecture de l'Aveyron "Les alertes sont prises très au sérieux"

L' opération de sécurisation à l'hôpital de Rodez n'a donné lieu à "aucune suite pénale ni ouverture d'enquête", a confirmé le parquet de Rodez.

L'hôpital à nouveau ouvert

Un groupe du Peloton de surveillance et d'intervention de la gendarmerie avait été appelé en renfort, les antennes des policiers d’intervention du RAID de Toulouse et Montpellier avaient été mises en pré-alerte.

Nous agissons par précaution pour écarter tout danger éventuel - indiquait une source policière.

Les personnels et les patients de l'hôpital avaient été confinés dans les services le temps d'inspecter les locaux. L'accès de la maternité et les entrées de l’hôpital Jacques-Puel de Rodez ont été rouverts en début d'après-midi. Un dispositif de sécurité sera maintenu autour de l'hôpital ces prochains jours, il s'agit notamment "de rassurer le personnel de l'hôpital" explique la préfecture de l'Aveyron.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu