Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers - Justice

Un homme condamné pour des tags nazis retrouvés dans le nord-Mayenne

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu

De nombreux tags racistes et homophobes avaient été retrouvés dans plusieurs communes du nord-Mayenne en juin dernier. Un Mayennais de 40 ans a été condamné ce jeudi à quatre mois de prison avec sursis.

La salle d'audience du tribunal de Laval.
La salle d'audience du tribunal de Laval. © Radio France - Charlotte Coutard

Laval, France

L'affaire avait suscité l'émotion dans le nord-Mayenne en juin dernier : la découverte de tags nazis, racistes et homophobes sur des installations publiques. 

Les inscriptions violentes avaient été repérées par des promeneurs sur la porte de toilettes publiques à Mayenne, sur une éolienne à Oisseau mais aussi sur un local technique du barrage de Saint-Fraimbault-de-Prière. Les communes d'Evron et de Cossé-le-Vivien avait également été concernées. 

"C'était stupide"

Ce jeudi, un Mayennais de 40 ans a comparu devant le tribunal correctionnel de Laval. La présidente fait la liste des tags : "Mort aux noirs, aux arabes et aux PD", "France Nazie", "Hommage Hitler" assortis de croix gammées.

L'homme, sans emploi, l'air penaud, reconnait un acte "stupide". "Je sentais la montée du Rassemblement national avant les élections européennes. Je voulais alerter les gens sur les risques du racisme". 

Des explications qui laissent le tribunal perplexe. La présidente ironise : "C'est un peu comme prendre l'autoroute à contresens pour sensibiliser sur les dangers de la route".

Le prévenu est condamné à quatre mois de prison avec sursis. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu