Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un homme criant "Allah akbar" interpellé dans un TGV en gare de Morcenx

mercredi 12 septembre 2018 à 15:01 - Mis à jour le mercredi 12 septembre 2018 à 17:22 Par Leila Benjelloun, France Bleu Gascogne

Les gendarmes de la compagnie de Parentis sont intervenus en gare de Morcenx ce mercredi 12 septembre. Ils ont interpellé le passager d'un TGV. Cet homme vociférait dans les wagons en arabe.

TGV, illustration
TGV, illustration © Maxppp - Guillaume Bonnefont

Morcenx, France

Un passager d'un TGV Tarbes-Paris a été interpellé en gare de Morcenx par une quinzaine de gendarmes de la compagnie de Parentis. L'incident s'est produit aux environs de 11 heures du matin. 

Des propos incohérents

L'homme a été maîtrisé par les passagers avant que le train n'entre en gare de Morcenx. Il déambulait torse nu dans les wagons de ce TGV Tarbes-Paris en vociférant en arabe. Selon le procureur de la répubilque de Mont de Marsan, l'un des passagers l'aurait entendu prononcer "Allah akbar". D'après les témoins, il tenait des propos sans queue ni tête.

Le suspect n'était pas armé

Le suspect, âgé de 27 ans n'était pas armé: ni couteau ni pistolet. Le train s'est donc arrêté en gare de Morcenx. Une quinzaine de gendarmes sont montés à bord pour interpeller le passager agressif et vérifier qu'il n'avait rien laissé de dangereux à bord. Une brigade cynophile est venue en renfort pour s'assurer qu'il ne transportait pas d'explosif. 

Un état jugé incompatible avec la garde-à-vue

L'homme a été hospitalisé au service des urgences de Mont-de-Marsan avant d'être hospitalisé en psychiatrie. Le médecin a jugé qu'il était en pleine crise de démence.

Il n'est pas fiché S et n'a jamais eu affaire à la justice française.