Faits divers – Justice

Le tueur présumé d'un homme de 21 ans à Rognac arrêté en Isère sans opposer de résistance

Par Thibault Maisonneuve, France Bleu Isère, France Bleu Provence et France Bleu Saint-Étienne Loire mardi 17 janvier 2017 à 17:05 Mis à jour le mercredi 18 janvier 2017 à 13:32

illustration gendarmerie
illustration gendarmerie © Radio France - nathalie de keyzer

Un jeune de 21 ans a été tué ce mardi midi à Rognac (Bouches-du-Rhône) alors qu'il protégeait sa soeur et ses deux enfants devant chez lui. Le suspect, le compagnon de la jeune femme, un homme de 24 ans, a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi en Isère par le GIGN sans opposer de résistance.

Un homme de 21 ans a été tué par balles ce mardi midi à Rognac (Bouches-du-Rhône). Le drame a eu lieu devant chez lui, dans le village à proximité de la mairie. Il a été atteint au cou par un tir de fusil de chasse alors qu'il protégeait sa sœur.

Cette femme originaire du département de la Loire était venue se réfugier avec ses deux enfants chez son frère, à la suite d'une violente altercation avec un homme âgé de 24 ans, un habitant de Saint-Chamond (Loire) dont elle était séparée. Immédiatement après le coup de fusil mortel, le tueur présumé a pris la fuite.

Arrêté sans opposer de résistance sur l'A7

Alors que d'importants moyens de gendarmerie ont été déployés, le suspect a été arrêté dans la nuit de lundi à mardi à Chanas en Isère, à une barrière de péage sur l'autoroute A7 peu avant minuit, par le GIGN d'Orange, sans opposer la moindre résistance. Les gendarmes disposaient notamment de la plaque d'immatriculation de l'homme en fuite.

"Une immense tristesse" (Stéphane Le Rudulier, maire de Rognac)

La préfecture de police des Bouches-du-Rhône a confirmé qu'il ne s'agissait pas d'un règlement de compte. Joint par France Bleu Provence, le maire de Rognac a fait part de sa "consternation et immense tristesse devant ce drame provoqué par un différend familial". Stéphane Le Rudulier ajoute quela victime n'était pas connue comme posant des problèmes dans la commune.

L'enquête a été confiée à la Brigade de recherche d'Istres.