Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un homme de 39 ans arrêté après l'agression d'une étudiante sur le campus de Jacob-Bellecombette

-
Par , France Bleu Pays de Savoie, France Bleu

Un Isérois a été arrêté ce mercredi par les policiers de Chambéry (Savoie). Il est soupçonné d'avoir agressé une étudiante de 22 ans le 5 octobre dernier, sur le campus de l'université Savoie Mont-Blanc à Jacob-Bellecombette. Une information judiciaire pour tentative de viol est ouverte.

Véhicule de police (photo d'illustration).
Véhicule de police (photo d'illustration). © Radio France - Noémie Guillotin

Un suspect a été arrêté après l'agression d'une étudiante de 22 ans sur le campus de l'université Savoie Mont-Blanc à Jacob-Bellecombette (Savoie). C'était le 5 octobre dernier. Lors de son dépôt de plainte, la jeune femme avait raconté aux policiers qu'elle était assise au volant de sa voiture, garée sur un parking du campus. Un homme était alors rentré dans le véhicule par les portes-arrière et avait essayé de l'étrangler. Mais l'étudiante s'était débattue et avait hurlé, ce qui avait mis l'homme en fuite.

Déjà condamné pour viol et agressions sexuelles

L'agresseur présumé est un homme de 39 ans, domicilié en Isère. Il a été arrêté chez lui ce mercredi et placé en garde à vue. Une information judiciaire a été ouverte pour "tentative de viol", l'homme ayant déjà été condamné pour un viol et pour plusieurs agressions sexuelles. L'enquête va se poursuivre puisqu'un juge d'instruction a été nommé. Ce jeudi soir, le parquet de Chambéry a demandé son placement en détention.

C'est grâce à l'appel à témoins lancé par la police de Chambéry et à l'exploitation des images de vidéosurveillance autour du campus que le suspect a été identifié. L'agression avait provoqué une vivre émotion et même la psychose sur les réseaux sociaux début octobre. Les policiers Chambériens avaient lancé un appel à témoins et le président de l'Université avait tenu à rassurer les étudiants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess