Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Un homme de 70 ans mis en examen pour atteinte à l'intégrité de cadavres à Roanne

vendredi 3 novembre 2017 à 11:13 Par Lola Fourmy, France Bleu Saint-Étienne Loire et France Bleu

L’homme s’est introduit dans le funérarium municipal de Roanne (Loire) où il aurait commis une dizaine d’attouchements sur des dépouilles de femmes. Il est aussi suspecté de vols. Il a été placé sous contrôle judiciaire.

Service funéraire.
Service funéraire. © AFP - JEFF PACHOUD / AFP

Roanne, France

Un homme de 70 ans suivi médicalement pour des troubles mentaux d’ordre sexuel et déjà condamné pour agressions sexuelles a été interpellé cette semaine et mis en examen à Roanne, dans la Loire, pour atteinte à l’intégrité de cadavres.

Le septuagénaire se serait introduit dans le funérarium municipal de Roanne, puis dans les chambres funéraires où sont reçus les proches et les familles de défunts, c'est là qu'il aurait commis des attouchements sur une dizaine de cadavres de femmes. L’homme volait ensuite leurs sous-vêtements.

Un funérarium ouvert en permanence, protégé par un code d'accès

Le funérarium de la ville est ouvert 24h/24h mais protégé par un code. Ce sont les agents du funérarium qui ont remarqué la présence très fréquente de cet homme dans les lieux. Ils ont mis en place un dispositif de sécurité qui a permis de découvrir les faits. Le suspect reconnaît une dizaine d'attouchements et affirme qu’il aurait commis ces premiers actes au mois de juillet dernier.

Il a été placé sous contrôle judiciaire mais laissé libre avec obligation de soins. Il encourt jusqu’à un an de prison pour atteinte à l’intégrité de cadavres, jusqu’à trois ans pour les vols.