Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un homme devant les Assises de la Sarthe accusé de viols répétés sur sa fille, ses belles-filles et sa nièce

-
Par , France Bleu Maine, France Bleu

Ouverture ce mercredi à la cour d'Assises de la Sarthe d'un procès pour inceste. L'accusé âgé de 54 ans comparaît pour viols et agressions sexuelles sur sa fille, ses deux belles-filles et sa nièce, toutes mineures au moments des faits. L'homme aurait sévi de janvier 2002 à décembre 2017.

La cité judiciaire du Mans dans laquelle se trouve la Cour d'Assises de la Sarthe
La cité judiciaire du Mans dans laquelle se trouve la Cour d'Assises de la Sarthe © Radio France - Christelle Caillot

Quelles que soient les victimes présumées, elles font le même récit, celui des viols et des agressions sexuelles répétées alors qu'elles étaient mineures. Toutes désignent un homme. Il est un père, un beau-père mais aussi un oncle et comparaît devant la cour d'Assises de la Sarthe à partir de ce mercredi 27 janvier. Il devra répondre des accusations d'inceste de quatre de ses proches.

Affaire classée sans suite en 2010

Mais le procès qui s'ouvre aurait pu se tenir il y a une dizaine d'années. En 2010, l'aînée des enfants a porté plainte. La jeune femme explique alors s'être fait violer par son beau-père depuis l'âge de 12 ans. A l'époque, il lui aurait demandé de ne jamais parler, faute de quoi il la ferait passer pour la coupable. 

Mais l'affaire est classée sans suite. La mère a en effet exigé de sa fille qu'elle revienne sur ses accusations. La plaignante va même faire l'objet d'un rappel à la loi. Sa sœur cadette est également priée de garder le silence. Pourtant, elle aussi fait partie des victimes présumées. Les viols et agressions sexuelles plusieurs fois par semaine, des années durant, elle les dénoncera mais beaucoup plus tard. Elle attendra que sa demi-sœur brise l'omerta. Pour la fille de l'accusé, le calvaire aurait commencé dès l'âge de 8 ou 9 ans. Mais c'est adolescente qu'elle se confie à une assistante d'éducation de son lycée. Un signalement à la justice est fait en janvier 2018.  

L'accusé encourt 20 ans de réclusion criminelle

La libération de la parole permet d'identifier une quatrième victime présumée, la nièce de l'accusé. L'homme passe aux aveux puis se rétracte. Lors de l'expertise psychologique, il n'a pas manifesté de compassion envers les plaignantes. Le quinquagénaire s'est montré plus préoccupé par son sort que par celui de ses accusatrices. Il a même déclaré être victime d'un complot et d'une injustice. Il risque désormais 20 ans de réclusion criminelle. 

Enfance en danger
Enfance en danger © Radio France
Choix de la station

À venir dansDanssecondess