Faits divers – Justice

Un homme grièvement blessé par plusieurs balles à Bassens

Par Xavier Ridon, France Bleu Gironde dimanche 16 février 2014 à 15:31

Habitant dans ce quartier de Bassens, la victime a reçu six coups de feu dans le corps.
Habitant dans ce quartier de Bassens, la victime a reçu six coups de feu dans le corps. © Radio France - Xavier Ridon

Un homme de 31 ans a été attaqué ce samedi soir par plusieurs hommes à l'entrée de sa résidence du quartier Joliot-Curie à Bassens. Transporté au CHU, la victime serait dans le coma après avoir reçu plusieurs coups de feu. Une enquête est en cours.

L'incompréhension et la stupéfaction règnent encore parmi les petits immeubles calmes du quartier Joliot-Curie. Ce samedi, vers 20h, on sonne à l'appartement de cet homme de 31 ans où se trouve aussi sa compagne et ses trois jeunes enfants. Les agresseurs se seraient arrangés pour qu'il soit obligé d'aller à leur rencontre jusqu'à l'entrée de l'immeuble. Selon un proche, en moins d'une minute, la victime reçoit plusieurs coups de feu dans le corps. Il s'effondre dans le hall de cette petite résidence de trois étages. Les agresseurs, eux, s'enfuient.

"Je n'avais pas entendu les coups de feu. On était devant la TV. En sortant sur le pallier, on le voit au sol. Au début, on pensait qu'il était juste tombé." — un voisin

La victime s'est effrondrée dans le hall de son immeuble où il reste quelques traces de l'attaque. - Radio France
La victime s'est effrondrée dans le hall de son immeuble où il reste quelques traces de l'attaque. © Radio France - Xavier Ridon
Les sapeurs-pompiers interviennent et le conduisent au CHU de Bordeaux. La police bloque l'accès du bâtiment jusqu'à cinq heures du matin. Durant la soirée, le maire de Bassens, Jean-Pierre Turon ainsi qu'un de ces adjoints viennent à la rencontre de la famille de la victime. Selon nos informations, cet homme - en couple et père de trois jeunes enfants - serait actuellement dans le coma.

Famille, proches et voisins ne comprennent pas pourquoi on a pu tirer sur un homme décrit comme "un bon père de famille". La police judiciaire a ouvert une enquête. Le site du quotidien Sud Ouest affirme que l'arme utilisée est un "pistolet automatique".