Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un homme interpellé au taser par les gendarmes après des violences conjugales près de Dieppe

Les gendarmes de Seine-Maritime ont tiré au taser sur un homme qui avait violenté sa femme et qui était très alcoolisé ce mercredi soir près de Dieppe. Il est en garde à vue ce jeudi matin.

L'homme a été placé en garde à vue (illustration).
L'homme a été placé en garde à vue (illustration). © Radio France - Adèle Bossard

Il venait de gifler sa femme et de lui cracher dessus, et il était complètement ivre. Les gendarmes de Seine-Maritime ont dû utiliser un taser pour interpeller un homme ce mercredi 8 avril 2020 dans la soirée. A Smermesnil, près de Dieppe, sa femme les a appelés à l'aide peu avant 22h. 

Quand les gendarmes de la brigade d'Envermeu sont arrivés près de la maison, l'homme était dehors et les a reçus avec des insultes. Dans la maison se trouvaient sa femme, la sœur de celle-ci et deux enfants : une petite fille de deux mois et un petit garçon de deux ans. Les gendarmes ont utilisé leur pistolet à impulsion électrique quand il a voulu retourner à l'intérieur. 

Cet homme avait 1,56g d'alcool dans le sang. Sur le moment, après son arrestation, il a été transporté à l'hôpital pour retirer les filins des électrodes du taser. Il est en garde à vue ce jeudi matin. 

Les violences conjugales et familiales ont augmenté depuis le début du confinement lié au coronavirus. Selon le ministère de l'Intérieur, les signalements de faits ont ainsi augmenté de 32% en zone gendarmerie et de 36% dans la zone de la préfecture de police de Paris pendant la première semaine.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu