Faits divers – Justice

Un homme ivre poignarde trois passants à Dunkerque

Par Eric Turpin et Aurélien Accart, France Bleu Nord mardi 17 juin 2014 à 9:00

Un homme de 25 ans poignarde trois passants au hasard à Dunkerque
Un homme de 25 ans poignarde trois passants au hasard à Dunkerque © IDÉ

Scène de panique lundi soir rue Thiers à Dunkerque. Un jeune de 25 ans a poignardé trois passants. Il s'en est pris à eux sans véritable raison. L’un des trois passants, un SDF d’une quarantaine d’années, a succombé à ses blessures.

Un jeune homme de 25 ans a poignardé trois personnes lundi après midi rue Thiers à Dunkerque. Il a choisi manifestement ses victimes au hasard. L’un des trois passants, un homme SDF âgé d’une quarantaine d’années, a succombé à ses blessures.

Ce sont des témoins de la scène qui ont maîtrisé le jeune homme, alors qu’il tentait de prendre la fuite. Ils ont aussitôt alerté la police. Le jeune homme a simplement lâché cette phrase aux policiers : « j'ai planté quatre personnes ».

Fortement alcoolisé, il n'a pas été possible d'obtenir plus d'explication de sa part. L’agresseur a passé la nuit en garde à vue et sans doute en cellule de dégrisement. Mais les témoins de la scène eux racontent.

Il choisit ses victimes au hasard

D'abord une rixe avec un SDF, devant les bains dunkerquois. L’homme, âgé d'une quarantaine aine d'années reçoit quatre coups de couteau à l'abdomen. L'agresseur s'engage alors dans la rue Thiers et parcourt une centaine de mètres, et là visiblement, c'est sans aucune raison cette fois qu'il s'en prend à un habitant du quartier : un retraité qui est poignardé à l'abdomen.

A ses côtés, une troisième personne est plus légèrement blessée. Aucune trace en revanche de la prétendue quatrième victime. Les policiers l'ont cherché partout. Les cliniques et hôpitaux du secteur n'ont d'ailleurs recensé aucune autre victime à l'arme blanche.

Le jeune agresseur de 25 ans, était déjà connu de la justice mais pour des faits beaucoup moins graves. Les enquêteurs ont établi qu'il avait été suivi par un psychiatre en addictologie.

"L'homme n'a pas donné d'explications particulières"