Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un homme jugé à Montpellier pour avoir violé et torturé son codétenu

-
Par , France Bleu Hérault, France Bleu

Un homme est jugé aux assises de l'Hérault à partir de ce jeudi pour avoir violé et torturé son codétenu. Tous deux étaient incarcérés à Villeneuve-les-Maguelone, pendant l'été 2016. L'accusé, âgé de 26 ans à l'époque, nie en grande partie les accusations portées contre lui. Verdict lundi 9 mars.

L'homme jugé aux assises de l'Hérault est accusé d'avoir violé et torturé son codétenu (illustration)
L'homme jugé aux assises de l'Hérault est accusé d'avoir violé et torturé son codétenu (illustration) © Maxppp - Arnaud Journois

À lire les poursuites engagées contre l'accusé, il est question de viol avec torture ou barbarie et de violence aggravée. Les faits se seraient déroulés dans le huis-clos d'une cellule de la maison d'arrêt de Villeneuve-les-Maguelone, près de Montpellier, au cœur de l'été 2016. Originaires de l'Ardèche, Y., 26 ans à l'époque, et B., 32 ans, venaient d'être condamnés à de la prison ferme par le tribunal correctionnel de Montpellier : Y. était au volant d'une voiture volée, ivre, et ils étaient en possession de cannabis. Sans être des amis d'enfance, les deux hommes se connaissent.

Rapports dominant-dominé

Ce sont des détenus qui ont alerté les gardiens. Selon eux, B. le plus âgé des deux, était victime de violences. Violences physiques et violences sexuelles, l'examen médico-légal est éloquent : des bleus un peu partout sur le corps, des côtes cassées, des traces de brûlures. Dans des rapports dominant-dominé, B. aurait été obligé de s'introduire une fourchette dans l'anus. Avant de parler de ce qu'il endurait, il cachait ses blessures avec ses vêtements et ne s'était confié à personne.

Peut-être un huis-clos partiel au procès

Y., son codétenu, conteste et apporte des nuances. Il admet quelques coups pendant des séances de sport, de la boxe notamment, mais rien à voir avec de la torture et encore moins avec des violences sexuelles.

Le procès pourrait se dérouler en partie à huis-clos. Il s'ouvre ce jeudi matin et le verdict est attendu le lundi 9 mars.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu