Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un homme jugé devant la cour d'assises du Gard pour avoir transmis le sida à sa compagne

-
Par , France Bleu Gard Lozère, France Bleu
Nîmes, France

Un homme de 39 ans comparaît à partir de jeudi devant la cour d'assises du Gard pour avoir transmis le virus du sida à sa jeune compagne qui ignorait qu'il était contaminé. Les faits s'étaient déroulés entre 2005 et 2007.

Le procès est programmé sur deux jours au palais de justice de Nîmes
Le procès est programmé sur deux jours au palais de justice de Nîmes © Radio France - Hervé Sallafranque

C'est un procès hors-norme qui s'ouvre ce jeudi devant la cour d'assises du Gard à Nîmes. Un homme de 39 ans comparaît pour avoir transmis le virus du VIH à sa jeune compagne, qui ignorait qu'il était contaminé. Les faits s'étaient déroulés entre 2005 et 2007.

C'est le frère de l'accusé qui avait alerté la jeune fille au printemps 2006. L'adolescente, âgée d'à peine 16 ans à l'époque, avait effectué des analyses et découvert qu'elle aussi était séropositive. Cela faisait plusieurs mois déjà qu'elle avait entamé une liaison avec l'homme qui avait 12 ans de plus qu'elle.

Même après avoir appris qu'elle était contaminée, elle avait pourtant continué à avoir des relations non protégées. Elle était même enceinte de trois mois lorsque le couple avait fini par se séparer.

Il pensait que le virus ne se transmettait que par le sang

L'accusé, lui, assure que sa compagne était au courant son état de santé et qu'ils avaient décidé ensemble de ne pas utiliser de préservatifs en toute connaissance de cause. Il prétend également qu'il pensait que le virus ne se transmettait que par le sang.

Selon son avocat, la jeune femme se dit détruite moralement et n'accepte toujours pas sa maladie, même si, depuis, elle a eu deux enfants, tous deux parfaitement sains.

Le procès est programmé sur deux jours. Le verdict est attendu ce vendredi. L'accusé pourrait ne pas être présent à l'audience et pourrait être jugé par défaut. Il avait été placé sous contrôle judiciaire en 2013, mais il ne s'est plus manifesté depuis auprès de la justice.

L'accusé risque jusqu'à 15 ans de réclusion criminelle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess