Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Faits divers – Justice

Jalousie ? Un homme jugé pour meurtre aux assises de Saintes

lundi 27 novembre 2017 à 6:01 Par Charlotte Jousserand, France Bleu La Rochelle

Sept ans après le meurtre d'un jeune homme à Marennes, le procès s'ouvre ce lundi 27 novembre à la cour d'assises de Saintes. Sur le banc des accusés, un homme d'une trentaine d'années qui l'aurait tué par jalousie.

Le corps de la victime avait été retrouvé un mois après sa disparition. Photo d'illustration
Le corps de la victime avait été retrouvé un mois après sa disparition. Photo d'illustration © Maxppp - Dominique Paries

Saintes, France

Jusqu'à ce mercredi 29 novembre, la cour d'assises de Saintes va revivre ces mois d'août et de septembre 2010. A l'époque, le 11 août 2010, un jeune homme de 27 ans disparaît. On retrouve son corps un mois plus tard dans un sous bois, près du Château de la Gataudière. D'après les conclusions de l'autopsie, le jeune homme a été abattu de deux balles : une dans la tête, une dans le thorax.

Un homme jaloux qui a menacé la victime

Très vite, les enquêteurs dirigent l'enquête vers un autre habitant de Marennes. Un trentenaire qui l'aurait tué par jalousie car la victime vit un flirt avec sa compagne. L'accusé est un homme décrit comme jaloux, possessif et violent. Il a déjà été condamné et il a la réputation d'être un caïd dans la commune.

Avant la disparition, l'accusé a menacé la victime et ses proches. Il est également le seul ennemi connu du jeune homme d'après les enquêteurs qui parviennent également à démontrer qu'il y a un vide dans son emploi du temps le soir de la disparition du jeune homme. 50 minutes où l'accusé ne peut pas prouver ce qu'il a fait.

Condamné pour braquage en 2014

Les gendarmes perquisitionnent chez lui. Ils retrouvent un fusil qui pourrait correspondre avec l'arme du crime. Ils retrouvent également une cagoule, des gants et d'autres éléments qui permettent de faire condamner cet homme pour des braquages commis en Vendée et en Charente-Maritime la même année. Pour ces faits, l'accusé a été condamné en 2014 par la cours d'assise de la Roche-sur-Yon à 10 ans de prison.

Dans cette affaire jugée à Saintes, le Procureur Igor Souchu, le reconnaît, il n'y a pas de preuve scientifique incontestable ni d'aveu formulé par l'accusé. L'homme âgé aujourd'hui de 36 ans nie tout en bloc. Tout, sauf d'avoir donné rendez-vous à la victime le soir de sa disparition mais, selon lui, le jeune homme ne serait jamais venu.

Le verdict est attendu ce mercredi 29 novembre 2017.