Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un homme menace d'égorger un enseignant au Havre, il est condamné à trois mois de prison avec sursis

Un homme de 33 ans a menacé "d'égorger" un enseignant dans l'école de son fils au Havre. Jugé vendredi, il a écopé de trois mois de prison avec sursis.

"Je vais t'exploser, je vais t'égorger", a dit mardi cet homme à un instituteur du Havre.
"Je vais t'exploser, je vais t'égorger", a dit mardi cet homme à un instituteur du Havre. © Radio France - Christine Wurtz

Un homme de 33 ans a été condamné ce vendredi au Havre à trois mois de prison avec sursis après avoir menacé "d'égorger" un enseignant dans l'école de son fils, selon le parquet. 

"Je vais t'exploser, je vais t'égorger"

"Je vais t'exploser, je vais t'égorger", a lancé mardi cet homme à un instituteur après s'être introduit dans l'école de son fils, précise le parquet. "À l'origine de ces faits, il y a eu une querelle entre deux enfants, le fils de l'auteur des menaces, et une fillette. L'instituteur était intervenu pour les séparer. Il en a "empoigné un peu vigoureusement" le garçon a expliqué le procureur de la République du Havre Bruno Dieudonné. Placé en garde à vue jeudi, le père "a reconnu les faits et regretté amèrement son geste", a précisé le magistrat. 

L'enseignant n'a pas porté plainte

L'homme de 33 ans a été libéré après avoir été condamné en CRPC, reconnaissance préalable de culpabilité. Il n'avait pas d'antécédents judiciaires, et n'est pas connu des services spécialisés. "C'est le directeur de l'école qui est venu signaler les faits à la police. Entendu, le professeur victime n'a pas souhaité déposer plainte", a ajouté Bruno Dieudonné.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess